portail des libraires : oui, ça marche !

il est temps de ne plus attendre


- complément du 28/02 : Ombres Blanches (100 000 références en stock physique permanent) rejoint Place des Libraires, interfaçage bases de données prévu avant fin mars – une bascule se confirme... d’autre part, travail sur les widgets continue, et possibilité d’entrer directement sur la fiche livre lien vers site, blog, magazine ou presse littéraire, ou même depuis dossier éditeur, concernant ce livre...
- note du 26/02 : Comme Hubert lance l’info prématurément dans La Feuille (voir aussi les commentaires), mais que je partage tout à fait ses réserves, disons que si on en parle sur nos sites c’est par pure impatience, et pour redire haut et fort aux amis libraires que ça urge, et qu’il faut booster la machine au plus vite...

Ci-dessous, donc, une page test qui n’a pas vocation à prouver quoi que ce soit, juste pour dire ce qu’on attend... Le test se fait à partir d’une vingtaine de librairies, n’inclut pas (encore ?) les grands stocks cumulés des historiques que sont Dialogues, Sauramps, Ombres Blanches... Mais de pouvoir consulter à distance Vent d’ouest, Vents du Sud, Quai des Brumes, ou le Divan, ça donne une idée de l’outil : oui, vent qui souffle. Et, si TiteLive a réalisé l’outil avec une longueur d’avance, l’espoir que ça peut déplacer la donne ?

Et j’aimerais au plus vite y retrouver ma propre librairie, Le Livre à Tours, parce que oui, dans ce cas là, le voisinage physique entre en résonance avec l’offre virtuelle... Et pour la vente en ligne, sans revenir sur l’amour et la détresse, pas d’autre choix pour moi que de continuer à proposer, par vieille amitié d’abord, partenariat avec Ombres Blanches, qui met un point d’honneur à disposer en stock de l’ensemble des livres indiqués dans ses dossiers bibliographiques. A noter que Christian Thorel a inséré dans le site Ombres Blanches une page parti pris avec quelques interventions, mais pas encore suffisamment d’archives...

Alors, à mesure que les widgets de Place des Libraires vont se diffuser, et très fier d’avoir contribué déjà à ces tests et mise au point (oui, sur la base d’une exploration de l’intérieur des outils amazon et l’appropriation qu’on s’en est fait), je proposerai ici, et vous invite à visiter, comme je l’ai tenté sous des formes diverses sur ce site :

tiers livre, la sélection du mois : février 2008
les propositions lecture de tiers livre

 

Depuis deux ans, c’est la discussion serpent de mer. Comment pouvons-nous, de notre côté de l’Internet littérature, nous associer avec les libraires avec quelque moyen de contrebalancer, par la qualité, par la rapidité, les bulldozers de la librairie froide ? Les grands hebdomadaires et de nombreux média se contentent d’envoyer sur alapage ou fnac.com...

J’insiste : le site Place des Libraires n’est pas encore public, et les widgets utilisées sur la page ci-dessus sont en phase d’essai et test.

Mais ça marche, et ça prouve que c’est viable, à la seule condition que les libraires se mettent enfin d’accord pour y participer ensemble et interfacer leurs stocks. Preuve est faite que l’outil est disponible et souple. A nous d’explorer et d’inventer, enfin, en quoi et comment on peut s’amuser à être plus pointu, plus efficace qu’amazon, et en se tenant les coudes serrés avec ceux qui défendent le livre au jour le jour, les libraires. Et si un site comme celui-ci accueille 900 à 1200 personnes par jour, pourquoi se priver de cet appui et ce lien ? La visibilité interne des richesses d’une librairie n’est pas évidente, et, pour nous, la littérature est affaire de résistance, voire de survie...

Cliquer sur le titre d’un livre amène la liste des libraires chez lesquels il est effectivement et immédiatement disponible (j’insiste : à peine quelques dizaines de librairies déjà interfacées, pas du tout significatif de ce qu’il en sera quand le site sera en service avec tous... la question technique étant la "remontée" des stocks réels, chaque nuit, dans la base centrale).

De mon côté, avertissement déjà utilisé dans ces pages : moi je dis les livres qu’il me semble devoir défendre. Bien sûr, si vous les trouvez chez votre libraire habituel, tant mieux : il ne s’agit pas de vous en détourner. Juste, d’utiliser ce qu’il y a de formidable dans l’informatique pour dire encore mieux, et plus fort, ce qui compte...

Donc, si ça marche, je proposerai en permanence une sélection de quelques titres : ceux que j’ai lus. Je termine par une précision : je ne suis pas rémunéré ni commissionné pour cela, je le refuse. Si vous voulez soutenir ce site, passez sur publie.net, complétez vos lectures livre par de la littérature sur écran.

Avec titelive.com, qui nous offre enfin cette ébauche de portail des libraires en état de marche, nous travaillons parallèlement à la mise en disponibilité, via "IP reconnue" d’un site miroir de publie.net avec accès intégral aux textes par abonnement pour les bibliothèques et universités. Avec les éditeurs, discussions en cours sur comment associer aux livres publiés des "bonus" numériques (version numérique du texte, iconographie et ressources) qui pourrait être directement diffusée par les libraires via borne ou clé, on peut tout faire...

Enfin, et pour finir, si je cherche parmi mes propres ouvrages, je trouve seulement ceux qui sont le plus diffusés, et c’est déjà, pour un auteur, une chance énorme. Mais Impatience ou Paysage Fer n’apparaissent pas, alors qu’ils sont typiques de diffusion long trail.

Merci aussi aux libraires présents dans l’expérience : 5 des 6 volumes de la collection Déplacements sont accessibles. Mais la viabilité de l’expérience, ce sera quand on pourra aussi se procurer l’ouvrage rare – celui qui manque est Manière d’entrer dans un cercle et d’en sortir de Pascale Petit : sommes-nous donc condamnés à la même loi du livre à cycle court que nous dénonçons ensemble, alors même que cette diffusion dans la durée est une condition pour le contemporain ? (TiteLive travaille pour que, dans le cas d’indisponibilité effective, les widgets puissent renvoyer au moins à une page commande : exemple de ce chantier multiforme, mais auquel suffit une petite équipe résolue...).

A nous tous de retrousser les manches...

LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 27 février 2008
merci aux 2646 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page