sainte Albanel et son évêque

la nuisance Sarkozy c’est s’en prendre aussi aux structures


Ça y est, officiel depuis hier le 17 avril : il n’y a plus de direction du livre et de la lecture.

Ils iront relire la Princesse de Clèves, ceux qui estimaient nécessaire la réflexion collective ou l’aide concernant les lettres, la librairie, les bibliothèques ou l’éducation artistique comme tâche du service public.

Plus rien qui concerne le livre et la lecture dans les trois premiers paragraphes. On s’aperçoit de l’oubli, alors on ajoute un magnifique « à noter » avec futur simple et codicilles. Provocation cynique ou simple mépris ? En quelques mois, on a débarqué une moitié des conseillers livres et lecture de la DRAC (plus qu’un poste, où depuis des années ils étaient deux pour chaque région). Ou volonté de bien signifier l’importance qu’on nous donne... Voire même bras de fer interne pour pousser Benoît Yvert à la démission puisque le futur simple n’annonce... qu’une réflexion, encore sera-t-elle complémentaire ?

Recopions soigneusement ce « à noter » qui relève soit de l’incompétence (non, ils savent très bien ce qu’ils font) soit de l’insulte. Et ce n’est pas un hasard si le mot patrimoine vient en premier lieu – je souligne :

A noter : La dimension interministérielle des missions relatives aux archives de France et à la langue française et aux langues de France sera prise en compte dans la nouvelle organisation. Par ailleurs, le rattachement des missions de la direction du livre et de la lecture, qui touchent à la fois au patrimoine, à la lecture publique et à l’économie du livre, fera l’objet d’une réflexion complémentaire.

Et moi en plus qui ne connaissais même pas l’expression langues de France qui, définitivement, ne sont pas la langue française... Quelle panouille, dirait-on dans nos langues de France [1]

Et donc d’un côté on sabre, de l’autre on goupillon : l’Académie française, pour compenser, s’est élue un évêque après un chansonnier (il y a même sa photo dans le Monde...). Notre comité pour la dissolution de l’académie française va augmenter ses effectifs, chouette : noyée dans le ridicule, l’Académie – et ce n’est pas d’avoir accueilli les belles et fortes voix de Florence Delay ou d’Assia Djebar qui sauve désormais la façade.

Onction, extrême onction, sacrements pour Sarkozel Albany et l’Académie... Le patrimoine vous salue bien. On peut participer ici à jeu-concours sur ce qui signifient les lettres RGPP. Ah, pardon, le mot lettres est de trop aussi...

[1à noter (l’expression me plaît), que je reçois le même jour précisément ce charmant e-mail, pour un texte de 4 pages à rédiger à titre gracieux pour un livre luxe et photos, 300 pages quadri, tiré à 2000 exemplaires par le même ministère (et préfacé par la ministre), ils ont donc toujours des budgets pour leurs petits amusements privés – et le culot d’imaginer que leur ministère maintenant croupion est l’héritier de celui fondé par Malraux ?

Monsieur,
[...] notre projet d’ouvrage
sur le ministère de la culture (dans le cadre de la célébration de son
cinquantenaire) et de votre éventuel accord pour y écrire
un texte, ce dont nous nous réjouissons.
Ce livre s’intitule "Architectures de la culture, culture de l’architecture",
et retrace 50 ans de construction d’équipements culturels.
Vous trouverez en pièce jointe une note de présentation.
Lorsque nous avons envisagé de confier à un écrivain une lecture un peu
décalée de ce patrimoine architectural construit pour la culture, votre
nom s’est imposé d’évidence.
Nous aimerions vous rencontrer ou au moins convenir d’un rendez-vous
téléphonique afin de vous présenter ce projet.
Avec nos remerciements anticipés,

Qu’ils y croient...

LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 18 avril 2008
merci aux 2570 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page