Du sommeil des "usuels" historiques (et des autres)

Faut-il réveiller l’usuel assoupi ou le laisser glisser vers le grand sommeil ?


En frôlant les étagères d’usuels de la grande salle de la médiathèque, je me laisse attirer par ces gros livres qui semblent ne plus attendre personne.

Ceux-là justement qui me rappellent les démarcheurs du Club Diderot, comme celui là qui vint un jour chez mes parents et qui si grand, si fort failli faire exploser la chaise du bureau de mon père... Ces livres sont comme un temps d’arrêt dans la réflexion historique, un moment de synthèse, l’acmée d’une pensée sur la révolution française.

Qui se souvient encore de Soboul ?

Il bataillait avec ses étudiants gauchistes dans les amphis des années 70, tenant d’une vision héroïque et surtout robespierriste de la Révolution française qui sonne aujourd’hui comme une obscénité ...Il faisait le lien avec cetteRévolution du 18ème siècle, nous la rendant comme notre ... Ainsi, il racontait comment sa propre grand-mère parlait du chatelain de son village en l’appelant "notre maître"... Il laissait entendre que cette révolution était à reprendre, était à refaire, était à finir...

FS - MD

LES MOTS-CLÉS :