phrases qu’on entend du matin au soir

atelier d’écriture avec le groupe soutien scolaire de Toffoletti


Constat : ces jeunes ados (ils sont en classe de 5ème) que nous recevons accompagnés de l’étudiant responsable du soutien scolaire (un scientifique la première fois, un historien la seconde fois), sont immédiatement chez eux dès qu’ils ont le clavier et la souris sous les mains, même sur les vieux PC écran 800 x 600 de la salle informatique de la médiathèque. Et aucune difficulté non plus pour se lancer dans le travail individuel, doc tourné aux autres, chacun devant sa machine.

Y compris, lors de cette première séance, lorsqu’un des participants reprit simplement le mot QUELQU’UN mais pour le dactylographier ligne après ligne, à l’identique, simplement en augmentant chaque fois d’un cran la police, jusqu’à obtenir ce QUELQU’UN gigantesque, que nous regrettons bien de ne pas avoir photographié. Et lorsque nous avons voulu intervenir pour lui rappeler la consigne, ou essayer de lui suggérer d’associer une phrase à son mot unique, nous avons bien compris que c’était extrêmement sérieux et délibéré, que la tête fonctionnait à 100 à l’heure.

Et compréhension immédiate aussi de la destination du texte : en l’occurrence, l’atelier écrire la ville proposé par la Bibliothèque nationale de France.

Alors on trouvera directement parmi les autres textes en ligne de cette expérience qui commence, avec ceux de Marseille ou Sélestat, ou Bangkok ou Lisieux, les 2 premières séances sur thèmes quelqu’un quelque part (extraits) et phrases qu’on entend du matin au soir.

FB & DM

LES MOTS-CLÉS :