recherche de Paul Celan

école nationale supérieure, couloir, 45 rue d’Ulm, Paris


 

ÇA ET LÀ BOUSCULÉE
la Lumière-perpétuelle, jaune limon,
derrière
des têtes de planètes.

 

Des regards
inventés, cicatrices
de vue,
entaillées dans le vaisseau spatial,
mendient des bouches
terrestres.

 

DAS UMHERGESTOSSENE
Immer-Licht, lehmgelb,
hinter
Planetenhaüptern.

Erfundene
Blicke, Seh-
narben,
ins Raumschiff gekerbt,
betteln um Erden-
münder.

Paul Celan, Renverse du souffle, traduction Jean-Pierre Lefebvre, Seuil, 2003. Paul Celan s’est suicidé en se jetant dans la Seine le 20 avril 1970.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 12 juin 2009
merci aux 1111 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Celan :

    ce qui maintenant s’enfonce et soulève

    vaut pour l’enseveli au plus intime :

    embrasse, aveugle, comme le regard

    que nous échangeons, le temps sur la bouche

    Celan :

    je sais

    je sais et tu sais, nous savions :

    nous ne savions pas, mais

    nous étions pourtant là et pas là-bas,

    et de temps en temps, quand

    seul le Rien se tenait entre nous,

    alors nous étions totalement l’un et l’autre

    elle : chant élèves retour Auschwitz

    je sais Adorno et tu sais et nous savions

    contre chant et nous étions pourtant

    là en larmes mais

    chant

    terre maudite et sacrée parole de Jo Wajsblat

    adolescent arraché in extrémis à la chambre à gaz par un ss ivre

    chant des dix-huit adolescents au retour :

    pas à pas

    dans la neige du camp

    tourner le dos

    à la porte de la mort

    repartir

    vers les autres

    sans oublier les traces

    Celan

    alors nous étions totalement l’un et l’autre

  • A l’issue fatale d’un travelling, la caméra subjective opèrerait forcément une "plongée" véritable dans le fleuve.

    Voir en ligne : Plongée

  • vus autrement, plus loin, plus haut