ô Pifarély trop d’océan

slammer Charles Pennequin sur le site Pifarély


On a tant partagé avec Dominique Pifarély ces 5 dernières années : pas rien, la chance vécue comme telle d’avoir droit sur scène au binôme avec un musicien de telle taille et tel bagage, avec une économie du risque aussi rare.

Dominique Pifarély est impliqué comme moi dans des expériences de transmission (CFMI Poitiers), la collaboration avec d’autres musiciens évidemment, des concerts solo (extraordinaires 7 minutes de cette vidéo intitulée My funny Valentine, à Dôle en juin dernier), mais est un des très rares à tenter délibérément les expériences avec texte, que ce soit en binôme ou en grande formation.

C’est ce qu’on a tenté avec Peur (on peut se procurer directement le disques sur son site). Et ce qu’on avait tenté précédemment avec Tumulte, l’idée de proposer des textes différents à chaque rencontre choisis ou écrits en fonction du lieu et de l’instant. Plein de traces sur Tiers Livre.

Sur son site, Dominique met en ligne deux vidéos, la première extraite de Peur (Poitiers, 26 novembre 2008, première lecture avec la Sony PRS-505 sur scène), et celle-ci avec deux slammeurs, Pierre Baux (qui expérimente aussi avec Pifarély des lectures de Jacques Dupin ou Paul Celan) et D’de Kabal, sur des textes de Charles Pennequin _ [1].

A noter, dans les 2 vidéos, moments de lecture en duo avec un des compagnons de route les plus réguliers de Pifarély, le batteur Eric Groleau.

Ça va manquer dur cet hiver, le vertige musique. A moins de se retrouver à Minneapolis, comme promis ?

Pour finir : quelle évolution, le blog de Dominique, incluant agenda, réflexions sur le travail, digressions sur les musiciens amis, et maintenant extraits vidéo et son...

[1Voir aussi Pennequin lui-même, vidéo avec JF Pauvros, guitare, dans La ville est un trou.


fbon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 24 août 2009
merci aux 850 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page