adresse aux éditeurs québécois

du livre dans le bouleversement numérique, assemblée générale de l’ANEL, Montréal, jeudi 17 septembre 2009


 

Ci-dessus version feuilletoir Calameo (double-clic sur l’icône). Ci-dessous, version téléchargeable pour lecture écran ou eBook (Sony/CyBook/iPhone). Si vous tenez vraiment à imprimer, choisir version ordi et option "4 pages par feuille".
version lecture ordinateur ou impression
version eBook (Sony/CyBook/iPhone)

 


on a touché à la lecture

On a longtemps parlé de « chaîne du livre ». On a longtemps parlé de « virage numérique ». La mutation qui a pris au corps une instance essentielle de ce par quoi notre communauté se connaît, s’apprend et se transmet est aussi brutale et irréversible qu’elle l’est pour le film et la musique, et affecte la totalité de cette instance, y compris dans les verbes les plus courant – lire, écrire, voir, savoir – qui la définissent, ou en cascade des mots comme texte, livre, société, écrivain, bibliothèque. Nous disposons cependant d’une chance : l’histoire de cette instance, contrairement au film ou à la musique, a connu un nombre limité de précédentes mutations aussi brutales, aussi décisives (passage de la tablette ou rouleau, apparition du livre, la presse et le feuilleton), que notre première tâche est de relire autrement. D’autre part, même si la radicalité et la rapidité de la mutation actuelle lui confèrent un caractère largement imprédictible, les trente ans d’histoire d’Internet, comme les vingt ans de mutation numérique des processus d’édition nous donnent quelques premières pistes pour l’historiciser en partie, et appréhender de façon séparée quelques-uns des paramètres qui la constituent. Enfin, même compte-tenu du côté mouvant et balbutiant de la révolution numérique, le caractère évidemment imparfait des nouveaux outils, supports ou logiciels, la façon dont s’établissent de leur côté des pans entiers de la création et des usages, de lecture, d’information, de loisir permettent de sérier quelques pans où les métiers de l’édition, dans leur capacité de prescription symbolique, de diffusion à échelle d’une société, et le savoir typographique dont ils sont dépositaires, peuvent se saisir d’un nouveau rôle : à quelles conditions ?


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 14 septembre 2009
merci aux 1534 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages