d’un monde vieux, d’un monde neuf

le maire de Bagnolet en a après les bibliothèques, et pendant ce temps-là, le BookCamp de septembre


D’abord, la lecture du matin, et ça fait mal :

Je ne vois pas en quoi cela est contraire avec ce que j’ai dis. Le débat pourrait être sensiblement le même avec la médiathèque. A quoi sert un tel équipement dans la durée puisqu’il sera possible très prochainement de disposer des ouvrages gratuitement sur internet. Certes, on me rétorquera l’ambiance de la salle obscure, comme le contact avec le livre. Mais cela n’est que de la nostalgie et ne prépare pas forcément bien l’avenir. Car pendant que l’on s’arc-boute sur la préservation de ce qui a existé on ne se rend plus compte que le public auquel était sensé profité cette action (les familles populaires) n’est pas présent et a été remplacé par quelques familles plus aisées qui aiment le charme surannée de nos salles et médiathèques. Et pendant ce temps-là le peuple reste désarmé. Et on s’étonne que le rapport de forces idéologique ait basculé en défaveur du peuple. Alors qu’il y a tant à inventer pour à nouveau être utile. Communiste : oui. Mille fois oui. Surtout du 21ème siècle.

Réponse de marc everbecq <http://www.everbecq.com/> hier à 11h19

Trois fautes de grammaire graves en huit lignes, monsieur le maire, on peut dire que le travail de terrain des bibliothèques, et ce qu’on met dans le mot culture, c’est cela aussi...

C’est ici, dans la réponse au commentaire n°1.

Je comprends pourquoi, alors que la formidable médiathèque de Bagnolet, et le travail qui s’y fait en permanence, ouverte aux plus démunis aussi, travail qui n’est pas de préservation mais avant tout de médiation, est à 25 mètres de vos bureaux, vous n’avez pas daigné, tout le temps de ma résidence l’hiver dernier, venir une seule fois nous saluer, ou participer à une de nos nombreuses rencontres, ou cette fabuleuse lecture avec 2 classes de seconde du lycée Hénaff : familles trop aisées pour vous, probablement ? Mieux vaut calculer les postes non remplacés, les budgets gelés...

On peut dire que les communistes, ou se proclamant tels, attaquent vraiment à visage découvert les élections régionales Île-de-France. Même Pécresse n’aurait pas osé. Moi, après le travail de l’hiver dernier, je n’y vois qu’une énorme goujaterie. Et le danger qu’il y a derrière, plus rien que démagogie.

 

minute de silence

 

Et ce qui console, le monde neuf.

100 inscrits maximum, c’est la règle. Un après-midi à la fois informel, mais boulot d’abord, des ateliers qui se succèdent et se mêlent. La visite (oh, tous ceux qui veulent tellement savoir nos chiffres !) de l’interface backstage de publie.net par notre bras armé, Xavier Cazin et Julien Boulnois de L’Immatériel-fr. Entendre les mises à distance réflexives toujours si riches d’Alain Pierrot. Les outils de lecture numérique avec Clément de ebouquin. L’omniprésence bénévole et bénévolente d’Hubert Guillaud de La Feuille, qui fait tant, et depuis si longtemps, pour que ça circule, bruisse, réfléchisse... Suivre le programme tel qu’il se développe sur BookCamp2, ce samedi 26 septembre, Paris, de 13h à 20h.

Photo : mur à Bagnolet, mai 2008…

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 22 septembre 2009
merci aux 2274 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages