polices d’écriture

fabrication des lettres mortes


Trouvé ça hier dans .doc transmis par une étudiante : elle calait. Des débuts de roman, ils en ont tous. La question serait de savoir où on va et pour quoi faire. Je lui ai demandé, elle m’a dit que ça venait d’un manuel de creative writing.

Après, on peut essayer : prendre Beckett, Faulkner, Kafka, Carver, Bernhard, Tarkos, Kotès, ou Perec, ou Gracq, Sarraute ou Quintane, ou Kaplan ou tous les POL que vous voudrez.... Voir comment on remplit les petites cases avec ce qu’ils nous proposent pour la littérature, et même le roman si vous voulez.

Je sais que l’année ici est en train de réussir : les discussions de fond amorcées, les confrontations de pratiques, le corpus littéraire qu’on utilise, le lien entre les cours d’analyse et théorie et nos cours de pratique.

Accessoirement, dans un département création littéraire, qu’a-t-on à transmettre, l’objet ou la démarche ? Le roman comme forme prescrite, ou le surgissement littéraire qui lui-même l’a fait constamment se réinventer ?

Il y a même des logiciels d’aide à l’écriture qui fonctionnent avec le genre d’approche des tableaux ci-dessous. Moi ça me terrorise.

Est-ce qu’on fait de la littérature avec ses propres ruines ? Sebald aurait peut-être la réponse. Mais Sebald non plus ne tiendrait pas dans les petites cases.

Ceci dit, si ça peut vous servir à quelque chose ? Essayons d’abord de le remplir avec Bartleby !

 


fbon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 28 janvier 2010
merci aux 3246 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page