Québec, dernier tour

les billets d’avion retour sont achetés


L’année au Québec se termine. Sentiment d’avoir énormément appris, et notamment par le travail entrepris dans les 2 facs qui m’ont accueilli, Québec/Laval et Montréal/UdeM : rien qui puisse se produire sans cet échange de fond et l’écriture en chantier. Là, en regardant mon OutlookExpress, constat de 712 e-mails reçus (et donc répondus) avec les étudiants UdeM et 528 avec les étudiants Laval. Sur tout ça, les accompagnements ouverts, les textes reçus et ce qu’ils dérangent, il faudra y revenir bien sûr.

Une année d’écart : d’abord accueilli, l’automne dernier, via l’Institut canadien de Québec, pouvoir se consacrer 3 mois aux questions touchant littérature et Internet, le site en a bénéficié. Mais pour moi il s’agissait moins d’écrire que de laisser s’établir l’écart intérieur, quant à l’espace et aux visages, premières traces en ont été sur Louis Hémon ou Gabrielle Roy, immense découverte.

Chantiers ouverts aussi sur la ville, vue d’en haut ou de plain pied.

Et derniers rendez-vous qui se profilent :
- ce mardi 11, 9h-11h, je parlerai dans un CEGEP (l’équivalent de nos lycées, plus première année de fac), à l’invitation de Gilles Pellerin, c’est le schéma que je suivrai : qu’est-ce que j’ai fait de mon année au Québec.
- ce vendredi 14, colloque ACFAS à l’invitation de René Audet, ne parlerai pas de sédition, suis pas pour la provoc volontaire, ici j’essaye seulement d’être en accord avec moi-même, mais de comment l’éco-système écriture/édition/diffusion s’est déplacé avec le numérique. Et table ronde le soir plus orientée édition, notamment avec les amis de Robert ne veut pas lire.
- le jeudi 20, à la librairie Olivieri, Côte-des-Neiges à Montréal, 19h, en duo avec Martin Winckler, qui lui s’est établi définitivement au Québec, et même thème encore : qu’est-ce que ça déplace ? J’aime bien les « cartes de fidélité », j’en ai au moins 5 de cartes fidélités librairies à Montréal et Québec, donc je ne vais pas vous dire trop pourquoi j’aime spécialement Olivieri, mais combien de fois, en arrivant à Montréal, le lundi matin, je passais pour tel livre ou tel livre que je n’aurais pu trouver qu’ici, et qui me servaient d’appui pour les deux fois trois heures qui suivaient.
- le mercredi 26, Québec, signes, double intervention au Cercle, 6’40 sur 20 images, performance collective, et Traversée de Buffalo, perf 4 écrans + voix.

Voilà, après c’est agenda blanc.

La rentrée en France s’effectuera à Ouessant, festival du livre insulaire. Au programme, merci Jean-Lou Bourgeon (en avant-première, tout ça juste pour vous ici), le magnifique cadeau d’une lecture du Quart Livre de Rabelais un soir au coucher de soleil devant le phare, une conférence/performance, Qu’est-ce que change Internet au récit du monde ?, et en échange je propose 3 matins d’affilée 9h30-11h30 un atelier d’écriture.

Après... J’aimerais beaucoup travailler côté web – stages ou journées de formation écriture et publication numérique, mise en place community management pour réseaux sociaux édition, n’hésitez pas proposer : le chantier nous concerne tous.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 10 mai 2010
merci aux 565 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page