un CD si vous vous abonnez ?

petit coup de pouce : l’expérience n’avance que par ses lecteurs – et de notre collection « Écrire »


Une belle moisson grâce aux efforts collectifs, et l’implication des auteurs.

L’arrivée de 3 textes de Régis Jauffret, mais la mise en ligne d’un texte de fond, les Impressions numériques que nous ont confiées Jean Sarzana et Alain Pierrot [1]. Un tableau en profondeur de la mutation numérique de l’édition (et pas du tout simplement de l’édition numérique), une mise en perspective dans l’histoire du livre, et surtout l’ensemble de ses dispositifs juridiques et institutionnels, aussi bien pour ce qui concerne l’édition et l’imprimerie, que les questions liées à l’auteur et à ses droits, et une étonnante mise en boucle de la question du lecteur, via retour amont à des questions de fond comme la définition de l’oeuvre, ou l’analyse du Qu’est-ce qu’un livre ? de Kant. Avec des dizaines de liens inclus dans le livrel pour une expérience de lecture incluant les documents sources.

Réflexion qui a provoqué hier la mise en ligne de 2 textes parallèles, le 19 francs de Daniel Bourrion et mon propre Histoire de la librairie.

Réflexion sur l’écriture et la littérature qui m’a conduit à créer une collection spécifique, Écrire, où vous retrouverez Cambouis d’Antoine Emaz ou – pas assez lu – une version complétée de Les écouter écrire de Georgia Makhlouf. On ne peut continuer l’aventure qu’à condition d’en savoir le noyau, le sens, et j’ai l’impression que c’est ce qui se passe avec ces textes.

Mais aussi Joachim Séné, Éric Faye, la mise à jour de nos classiques – et toujours temps de lire les mise en ligne d’août-septembre, comme Folie passée à la chaux vive ou Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux...

Dans les prochains jours, deux textes importants de Marie Cosnay, puis reprise du livre de Daniel Morvan, Mai 69, d’autres projets bien sûr [2] et poursuite de nos mises à jour pour inclusion dans le iBook Store d’Apple – l’iPad s’affirmant comme outil de masse et simplification considérable de la lecture numérique [3].

On souhaite la bienvenue à deux médiathèques, celles de Poitiers et de Caen : leurs usagers y ont de ce matin accès illimité à nos textes, en mode feuilletoir ou en mode texte.

Nos abonnés ont aussi découvert la simplification de la page d’accueil, dès lors qu’ils se sont identifiés via se connecter, léger bandeau sous chaque titre incluant les divers formats de téléchargement [4].

Jamais cela n’a été si simple, et l’abonnement vous permet accès illimité de découverte et d’exploration. Aux prochains 5 premiers abonnés de ce début novembre, nous offrons un CD de 52’, La Grande Bretèche de Balzac, enregistrement audio. C’est le moment.



haut de page ou accueil du site
écrit ou proposé par François Bon _ licence Creative Commons BY-NC-SA (pas de © )
1ère mise en ligne et dernière modification le 1er novembre 2010
merci aux 729 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page




[1Il s’agit d’un texte de référence, dont la portée dépasse de loin publie.net. Nous serions heureux le proposer via licence d’utilisation aux établissements d’enseignement métiers du livre ou lieux institutionnels, contacter Élisa Boulard, L’Immateriel-fr – besoin de votre appui pour relayer existence de ce texte référentiel...

[2À mesure de nos possibilités, et la mise au point plus complexe des textes numériques, format iPub et lecture eReaders, demande un temps de préparation plus long, on s’en excuse auprès des auteurs dont nous savons l’attente.

[3En attendant l’arrivée des tablettes d’autre marque, mais investissement qui concerne en ce cas la totalité de la lecture web, l’accès à vos réseaux sociaux, le partage d’images, l’inclusion de vidéo – et c’est au contact même de ce nouveau contexte que la lecture redevient vivante, tandis que les eReaders voués à la seule lecture nous réduisent aux frontières du livre, ce qui n’est pas si mal, rétorqueront certains... Suis évidemment d’accord, mais désormais un nouvel axiome : plus vous proposer dans un texte de le quitter pour aller voir le monde, plus on donne envie d’y revenir.

[4Attention : délai de 24h après mise en ligne pour qu’un nouveau titre accessible via votre page se connecter figure dans votre bibliothèque.