La Défense | l’île terre

les ponts, passerelles : l’île par ses échappées


Ce qui m’a toujours frappé, dans les incursions Défense, c’est la netteté du dessin : un périmètre défini par l’anneau à 4 voies de la rocade circulaire. Au milieu de l’île, la bouche littéralement béante de l’ouverture sur les rails RER et métro. Une embouchure, souterraine aussi : port d’embarquement pour les autobus (ce sera une exploration spécifique).

Probablement que j’aurai vite révisé ce schéma trop simple. Mais le souvenir aussi de ces ponts et passerelles, par quoi on peut rejoindre de façon piétonne l’île à la ville qui l’entoure, reprend en banlieue indifférente, comme si la Défense, à vingt mètres, n’existait pas. L’autre jour j’ai compté, sur le plan : dix ponts et passerelles, sur le périmètre de l’île, permettent ces transfusions. Je me suis promis de les explorer un par un. Bien sûr le lien est plus complexe pour celui qui descend vers la Seine, plutôt un cordon ombilical. Et celui qui, comme les vieux ponts-maison italiens, s’en va vers Nanterre.

LES MOTS-CLÉS :

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne 16 avril 2011 et dernière modification le 29 avril 2011
merci aux 636 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page