#ebookfriday|1

NumerikLivres à l’initiative d’un rendez-vous hebdo du livre numérique


Je partage beaucoup avec Jean-François Gayrard, français vivant à Montréal, et fondateur de NumerikLivres : sûr qu’on tiendra et qu’on avancera droit, mais dans un contexte où tout est fait pour dissuader de la confiance dans le livre numérique. On se fait à l’idée qu’on n’a rien à attendre de l’ensemble de ce qui était nommé autrefois chaîne du livre, éditeurs et pouvoirs publics, librairie indépendante (le boycott par 1001libraires.com des éditeurs pure players quelle ânerie), et presse littéraire papier ronronnante, contemplant fascinée son propre lent effondrement, et ne sachant toujours que parler d’elle-même.

Mais on tient le cap. On sait que le livre numérique n’est qu’une étape de transition, l’enjeu c’est le web comme contenu, écart, densité et pensée. On va le découvrir bientôt sur publie.net, configuration plus resserrée autour de web-objets ancrés dans l’expérimentation – tant qu’à être hors de toute possibilité commerciale, autant se faire vraiment plaisir. Ce qui nous mène, devant les yeux ahuris des auteurs papier qui se souviennent de nous une fois par an pour nous informer de leur prochaine parution morte d’avance, c’est précisément d’explorer le livre comme code, de pratiquer cette porosité grandissante entre le site et le livre.

Pour cela aussi le refus délibéré de servir de roue de secours, ou de reconduire dans le numérique un rapport éditeur/auteur vertical issu des pratiques papier, et tant pis s’il s’en fâche.

Donc, donc... Jef Gayrard propose – troisième édition – de promulguer, une fois par semaine, cet #ebookfriday. Pour lui, la forme choisie c’est, chaque vendredi, trois eBooks proposés au tarif unique (chez lui comme chez ses libraires revendeurs, ajustement fait) de 0,99 euros.

Cela a contribué à ma décision de proposer sur publie.net une collection indépendante, STIGME.99 non pas basée sur format bref du texte, ni se rapprocher d’une forme d’auto-édition à bas prix, mais au contraire proposer quelques textes auxquels nous tenons fort, ou de plumes calibre, pour permettre à nos visiteurs d’apprivoiser la lecture numérique.

De découvrir qu’on peut en trois clics (moins sur FeedBooks ou iTunes) installer ce texte sur son téléphone ou son iPad, et que c’est une expérience bien plus gratifiante que le livre papier. Plus requérante aussi, sans validation symbolique portée d’avance, sans coffret enclos pour l’attention.

Je me joindrai donc à l’initiative de Jean-François Gayrard par un mini-billet du vendredi, rappelant nos propres mises en ligne, mais ouvert aussi à celles des camarades. Parce que ça bouge plus chez nous que chez les morts.

Bien sûr, chez chacun des éditeurs mentionnés ci-dessous, possibilité d’extrait gratuit à télécharger, puisqu’au moins, dans l’édition numérique, y a ça qui marche à vaste échelle.

FB

 

NumérikLivres, Sévigné, et le cartable


- reprise d’un texte historique du rapport littérature et Internet, sevigne@internet de Benoît Mélançon, l’auteur et l’éditeur savent que j’aurais bien préféré voir ce livrel chez moi que chez eux :-)
- dans leur collection Comprendre le livre numérique (dir Lorenzo Soccavo), annonce du livre de Michèle Dreschler, Le point sur les manuels scolaires et leurs mutations à l’ère du numérique

 

Anne Savelli chez D-Fiction


- bienvenue à D-Fiction, distribué comme publie.net par Immatériel, belle maquette PDF de Juan Clemente, pour accueillir Les Oloé d’Anne Savelli, voir récent billet.

 

Studio Walrus, la BD en epub


- leur expérience est d’abord côté cinéma, ça se sent dans l’approche très riche d’objets éditoriaux complexes, l’équipe du Studio Walrus propose une BD, La chair d’Achala, au format epub (et s’alignent sur notre prix à 3,49... on donne au moins le ton de ce côté-là, tant pis pour les dinosaures).

 

publie.net avec stigme et e-styx


- à l’approche sur publie.net, le web-objet d’Alain François, réalisation epub du studio Ettoitufaiskoi de Gwen Català, qui proposera aussi une nouvelle version du Comment écrire au quotidien de Pierre Ménard ;
- événement un de la semaine, donc la collection STIGME.99, 27 eBooks à 0,99 euros, dont nouvelle version de 10 fois en moyenne de Sarah Cillaire, et que ça fait du bien de revoir ce texte dans une vraie mise en page ;
- lancement et accueil de e-styx, maison indépendante, basée sur l’anticipation et le fantastique, mais aussi relecture tous genres de la réalité (à l’approche, Michèle Kahn sur le Klu Klux Klan, du fantastique dans les tours de bureaux avec Edgar Kosma, et la reprise du très fort Homo futuris de Patrik de Friberg), mais la proposition de Philippe Ethuin, d’ArcheoSF, d’ouvrir le site à une revisite annotée et commentée des archives de la science-fiction ancienne, qu’on ouvre avec Voyage au ciel, 1841, Samuel-Henri Berthoud.

Photo : blé, Saint-Cyr sur Loire, la Choisille, le 9 juin 2011.

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 10 juin 2011
merci aux 1450 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page