Paris, 14 oct | avec Hubert Guillaud, Arnaud Maïsetti et Karl Dubost


avons-nous encore besoin du livre ? reprise des soirées remue.net rue Montorgueil avec la Scène du Balcon, ce vendredi on parle web


Cinquième année consécutive des rencontres organisées dans la belle salle du Café des Reflets, rue Montorgueil, à Paris, par remue.net en collaboration avec la Scène du Balcon.

Et merci particulier aux remueurs, et notamment Dominique Dussidour et Sébastien Rongier, de m’avoir invité à ouvrir ce nouveau cycle – en lien à la parution de mon Après le livre.

Et donc d’abord un thème : avons-nous encore besoin du livre ?

Nulle provocation. Mais scruter les changements d’usage, et les nôtres tout particulièrement. D’information, de création, d’écriture comme de lecture.

Le livre numérique n’est pas la projection numérique du livre imprimé. Mais ce que nous inventons aujourd’hui, dans la transition, en lisant numérique, n’est-ce pas qu’une figure provisoire que le web bouscule plus en profondeur ?

Nulle mise en cause de ce qui se passe avec publie.net et autour. Pas possible d’entrer dans l’invention sans expérimenter directement l’invention de ce nouveau lire/écrire dans toutes ses formes, et notamment dans l’impossible division, désormais, du site et du livre, de nos blogs, carnets et des formes plus stables que nous lançons en circulation sous le nom de livre numérique.

Quelles frontières avec le blog et la lecture web, quelles frontières avec l’application dédiée et des possibles ergonomiquement plus loin du livre ? Comment écrivons-nous autrement quand nous publions depuis notre démarche web elle-même ?

Grand luxe : le droit de choisir moi-même mes invités. J’ai proposé à Dominique et Sébastien, pour le collectif remue.net, trois voix pour moi d’importance : Hubert Guillaud, d’Internet’Actu et du blog La Feuille, fondateur de la Fing, en tant que questionneur inlassable, et Artnaud Maïsetti, écrivain, dont le blog Carnets mêle journal, théorie et fictions indissolublement.

Et puis j’ai souhaité, web oblige, qu’on propose à Karl Dubost, dont le site La Grange est pour moi un des lieux exemplaires d’une invention web radicalement liée à son média, d’être présent avec nous en visio-conférence. Pas possible, Karl ne serait pas chez lui à Montréal à cette date : il serait à Paris... Vous jure qu’il nous a répondu ça. Alors tant pis pour la visio-conférence, on aura Karl personnellement, en vrai de vrai arpenteur du monde et du web.

C’est à 20h, le nombre de places est relativement limité. C’est une rencontre que je souhaite pour mes propres questions. Je n’ai pas demandé à mes invités de préparation spéciale : je leur poserai les questions que je me pose, et Sébastien Rongier m’aidera pour pousser plus au bout, du point de vue aussi de la théorie et de l’esthétique.

En gros, très concrètement : si nous aimons autant le web, c’est pour quelle (dé-)raison ?

Trois invités qui viennent l’un de Romans dans l’Isère, l’autre de Bordeaux, l’autre de Montréal, et moi comme chacun sait de Bruxelles (c’est vrai, en plus). Vous nous rejoignez ?





retour haut de page

écrit ou proposé par : _ François Bon
Licence Creative Commons site sous licence Creative Commons BY-NC-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 8 octobre 2011.
Merci aux 1773 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page.




Messages