allez, on s’équipe liseuse...

4 publie.net offerts sur l’achat d’une liseuse Sony chez FeedBooks pour le Salon du livre de Paris


La discussion est close, désormais : les liseuses, c’est fiable, costaud, agréable et quand on en a une, on s’en sert...

Après, c’est affaire de goût et de feeling. De toute façon, avec le merveilleux Calibre vous gérez vous-même sur l’appareil, quelle que soit la marque (y compris Kindle) votre bibliothèque de titres achetés sur publie.net, les titres que vous vous êtes procurés gratuitement dans les milliers qui circulent, et bien sûr vos textes personnels, et les articles transférés d’Internet pour lecture au calme.

Il n’y a pas à recommander tel ou tel appareil. Le Kindle tout terrain et tout le temps dans votre poche, la Kobo toute simple mais si agréable à manier, l’Odyssey avec ses fonctions et enrichissements une expérience lecture en soi, et bien sûr la Sony PRS-T1 qui bénéficie d’une longue expérience du fabricant...

Répétons-le cependant : l’expérience iPad c’est un autre investissement, mais aussi une autre expérience. Le livre numérique n’est qu’un des usages de la tablette, mais quand nous on voit nos chiffres de vente iTunes ça me ferait doucement rigoler ceux qui s’acharnent à vous dire qu’on lirait moins là-dessus parce qu’on est distrait par le web... Probable aussi que la force de nos chiffres Amazon c’est parce que l’appli Kindle est essentielle pour lire facilement sur iPad, iPhone, MacAir sans même disposer de Kindle.

Et aucun risque, si l’appareil ne vous convient pas, vous aurez vite fait de le revendre d’occase... Mais à suivre les chiffres de vente qu’on donnera début avril pour ce 1er trimestre, je doute.

J’en profite pour un intermède :
- sur tous ces appareils, on lit via un format standard, qui s’appelle (tous ensemble...) l’epub. Il n’y a que le Kindle à imposer un autre format, Mobipocket (dispo pour tous nos titres publie.net, et via Calibre on peut facilement convertir les epubs pour lire sur Kindle, y compris ceux qui sont protégés par les fameux DRM – compter 2’30 pour le craquer).
- mais savez-vous que vous pouvez lire l’epub sur votre ordinateur tout aussi bien que l’inusable PDF ? Firefox (epub reader) ou Chrome disposent de leur plugin epub spécifique. Mais Calibre est une excellente liseuse epub sur tous les ordis, avec toutes les fonctions de convertisseur et de gestion de bibliothèques. Si vous avez eu le malheur d’acheter un epub avec DRM chez les éditeurs-frigoristes, vous savez qu’il faut se doter d’Adobe Digital Edition pour les ouvrir (et 6 ouvertures maxi etc), mais une fois ADE chargé, c’est un parfait outil pour lire et gérer vos epubs personnels...
- ô mon lecteur qui sais déjà tout cela, pardonne-moi... mais pour nous le PDF devient progressivement une redondance, il est vraiment nécessaire de passer à l’epub même sur ordi, le dire et le redire...
- et que sur publie.net notre feuilletoir proposé par l’Immatériel-fr est le seul outil à proposer sur votre ordinateur une lecture directe avec tous les enrichissements liens et audio que propose l’iPad... et voir nos petits affinages : ouvrez publie.net et manipulez la fenêtre du navigateur pour passer à la taille tablette ou la taille téléphone, vous la verrez se recomposer en 2 puis 1 colonne... ce feuilletoir est une garantie d’accès à vos textes quel que soit l’appareil... fin de l’intermède.

Nous avons toujours considéré comme un chance le dialogue direct avec les libraires en ligne, ceux qui sont décidés à se battre pour le livre numérique.

Bien des fois, certains de nos titres (notre navire amiral d’expérimentation numérique, D’Ici Là), ou de nos collections (nos classiques à 0.99) ont été mis en avant par iTunes. Bien des fois, la Fnac a proposé dans ses sélections des polars de notre collection publie.noir. Nous avons été bigrement heureux quand l’équipe Bookeen nous a proposé d’intégrer aux Odyssey neuves un mini pack de titres (tiens, d’ailleurs, il faudrait qu’on les renouvelle ?). Et je témoigne à nouveau gratitude au blog des libraires indépendants, ePagine (le plus récent billet concernait Chacun porte une chambre en soi, Kafka traduit par Laurent Margantin), pour s’être toujours impliqué à nos côtés sur des textes difficiles, ceux qui fondent notre expérience, quand la concurrence de tout ce beau monde vise d’abord à reproduire la même daube consensuelle qui fait le bonheur des best-sellers papier.

Pour le Salon du Livre de Paris, c’est la librairie en ligne FeedBooks qui propose, sur le stand Sony, 4 titres publie.net à tout acheteur de la Sony PRS-T1 (dont je ne connais aucun utilisateur qui s’en plaigne...).

Intermède 2 : c’est 6 titres que nous avions proposé à Bernard Strainchamps, libraire de FeedBooks, mais comme les éditeurs-frigoristes font la fine bouche (sinon proposer des extraits) et qu’on se retrouve quasi seuls à bord, une fois de plus, il n’y en a plus que 4 à l’arrivée, bien dommage – merci de vous rattraper en allant lire Cartons de Christine Jeanney (oui, celle des Todo Listes – mais la Sony n’est pas capable de lire ce fichier, pourtant impec sur Odyssey, Kobo ou Kindle et bien sûr iPad) qui est tombé du camion. Fin de l’intermède.

Mais sur votre Sony toute neuve, vous aurez d’emblée le bruit du Baby-Foot de Thierry Crouzet, et un beau livre de rage et de coeur, Les ours n’ont pas de problème de parking de Nicolas Ancion, plus un domaine public et une merveilleuse dérive en huit solos jazz de Marc Villard, Don’t explain, qui sera d’ailleurs présent sur le stand FeedBooks dimanche, renseignements ici.

Alors, allez-y... Cela bascule trop de questions sur la notion même d’écriture et lecture pour rester à côté de l’expérience numérique – pas une affaire seulement liée à la consommation de texte. D’autre part, avec publie.net désormais autre point de départ : les textes disponibles en numérique sont une part décisive de la création contemporaine, et elle n’est plus assumée par l’édition traditionnelle. Tant de découvertes vous attendent. Et vous pourrez même continuer à lire les éditeurs-frigoristes, juste un peu moins cher mais quand même...


fbon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 15 mars 2012
merci aux 2343 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page