Orsay | le squelette dans le catafalque

étranges objets sur la route, et la science pour déviation du réel


retour index général du web-roman.

 

C’est Florian Delcourt qui d’un coup a lancé : — Je me demande ce que c’est, cet énorme truc bleu... Et moi j’ai cherché partout ce que pouvait être un énorme truc bleu, je ne voyais pas, mais j’ai vu ces chandelles allumées dans le catafalque de verre comme ces momies de vieux popes dans les églises de Corfou (voire, aussi, le dispositif retenu par Walt Disney dans sa première Blanche-Neige), j’ai dit : — Et ce truc-là c’est quoi, avant d’avoir compris qu’on parlait de la même chose.

L’étrange donc étant ceci, Florian était passé au même endroit des dizaines de fois, et moi-même à ce point exact une dizaine de fois, mais il suffit d’un biais de la lumière et on remarque ce qui de toujours est sur la route, mais que tout le monde ignore.

Voici donc ce squelette d’anodes, et la plaque explicative bien sûr, un des premiers accélérateurs linéaires de particules lourdes, mais on aurait dit ces prouesses de ceux qui fabriquaient des moteurs de marine...

Reste à deviner le statut, l’offertoire, l’écart, les vitres peu à peu opaques, dans cette belle lumière des premiers jours de septembre annonçant déjà l’automne. La fac d’Orsay, comme le plateau de Saclay, c’est comme déplier des mystères, il faut du temps.

 

LES MOTS-CLÉS :

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 7 septembre 2012
merci aux 718 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page