023 | 47°25’03.49 N – 0°38’06.45 E

les murs anti-bruit de la rocade Fondettes


 

- ceci est le 23ème rond-point visité, voir liste des précédents ;

- première visite ? voir la présentation générale du projet, qui inclut aussi des invitations et un journal ;

- état actuel du protocole : vues depuis le rond-point devenu chambre à photographier la ville (6 photos) ; vues du rond-point depuis son pourtour (3 photos) ; vue de l’intérieur du rond-point (2 photos) ; le Google Earth avec le rond-point dans son contexte (1 copie écran) ; vidéo lecture (2’10), vidéo captation neutre (2’40) ; un livre enterré (voir protocole livres enterrés) ;

- performances YouTube la littérature se crie dans les ronds-points ;

- en partenariat Pôle des arts urbains Saint-Pierre des Corps (pOlau) & Ciclic.

 

journal de voyage


Il y a un plaisir particulier à venir sur les ronds-points le dimanche en tout début d’après-midi, dans cette relâche de toute circulation utile.

Si je suis passé dans ce rond-point quelquefois c’est pour m’être emmêlé dans les sorties de rocade. Je ne dois pas être le seul, puisque, alors que je déplaçais mon pied photo, une petite voiture rouge s’est arrêtée en plein milieu, me demandant avec insistance la direction d’Orlion, et moi qui lui disais de ne pas faire ça, qu’on ne s’arrêtait pas en plein milieu d’un rond-point, et cherchant à deviner où il allait, entre Orly et Lyon, mais non c’était Orléans et je lui ai fait signe de partir tout droit par là, ce qui est la route du Mans mais il retrouvera bien, c’était mieux que s’obstiner et faire un accident.

Donc, un des rares ronds-points en T, deux bretelles et la longue montée en virage qui grimpe vers les zones artisanales de Fondettes. Mais surtout ce mur anti-bruit qui en fait une sorte d’amphithéâtre sans aucun signe, et m’avait chaque fois donné l’impression qu’on pourrait s’y rassembler l’été pour des lectures, avec ce même dépouillement que – par exemple – dans les ruines de Butrint.

Alors quoi y raconter, quoi en dire, s’il y a si peu de signes ? Eh bien d’abord en profiter pour une lecture qui soit le contraire : pourquoi je n’aurais pas un rond-point à la bonne acoustique et suffisamment tranquille pour revenir à intervalles réguliers lire des textes qui m’importent ? La ville crée ses propres lieux scéniques, nettement plus appropriés que les lieux culturels identifiés tels. On sait, ici, à qui on s’adresse : la route, les forêts, l’acoustique même du vieux rituel de l’amphithéâtre tragique.

J’avais donc apporté un auteur dont la présence ici me semble indispensable : Bruce Bégout, et j’ai lu un chapitre qui raconte Las Vegas. Et moi, effectivement, ici j’avais le droit de m’imaginer être réellement à Vegas.

Ce mur anti-bruit qui fait le fond en hémicycle, c’est parce que derrière il y a la zone protégée de la Choisille, un coin où on aime se promener – et voilà le paradoxe : c’est grâce à la rocade qu’il a été mis à l’abri des promoteurs. On n’aperçoit de la rocade qu’une ligne blanche élégante de ciment, et quand même un fond puissant de décibels.

Les murs anti-bruit ont gagné leur noblesse littéraire grâce au seigneur Echenoz, dans L’Équipée malaise je crois :

Par plusieurs portes de Paris s’en vont ainsi des autoroutes bordées de toute sorte de murs antibruit, très différents les uns des autres. Certains ondulent ainsi que des tôles mutantes, d’autres déploient des arceaux de tubulure, parfois l’un d’eux suggère un souvenir de blockhaus agrémenté de plantes grimpantes. Coiffés d’auvents, bardés d’aspérités ou de contre-forts, ces ouvrages d’art s’incarnent en matériaux variés, métal, béton, plastique, faïence ou miroir, terre cuite et bois ignifugé. Diversement inclinés par rapport aux voies, d’aucuns sont aussi translucides ou presque transparents ou bien encore, comme celui-ci, juste percé de hublots vitrés d’un petit mètre de diamètre. Entre ce mur et la façade de la résidence s’étendait dans l’ombre un mince rectangle de mauvaises herbes vivaces, d’un vert wagon synthétique et luisant.

La question, ici où il n’est question que de fonction, sans aucune contrainte d’habitation ni d’orientation, c’est la liberté donnée à l’architecte d’exercer sa conception du paysage : de la butte en surplomb bordant la rocade en élévation je vois mon rond-point d’au-dessus. Et en remontant de l’autre côté, j’aperçois et la forêt, et l’arrière du mur qui prend des allures de Berlin avant 1989 ou de grande muraille de Chine en minuscule.

Valère Novarina parlait ainsi de son père, qui construisit plusieurs églises dans les villes bombardées de la dernière guerre, et qui passa des églises aux premiers ponts autoroutiers. Ici, les courbes n’obéissent pas aux Ponts & Chaussées, mais à leur propre goût pour les lignes.

C’est un rond-point sans nom : donnez-lui le mien quand je serai mort, en souvenir du présent travail, et de ses aventureuses explorations.

 

éléments contingents et factuels


Tout paraît simple dans ce rond-point, mais c’est le premier que j’ai découvert être inaccessible aux piétons, à moins de laisser sa voiture à deux kilomètres, tout en haut de Fondettes, et de revenir à pied par le bord de la 4 voies. J’ai eu la flemme, je me suis enquillé dans un refuge réservé au service. Se méfier aussi sur le rond-point lui-même : les traces d’un gros camion qui visiblement a perdu le contrôle et foncé tout droit. J’avais apporté un livre de l’ami Philippe Delerm (je l’avais en double, mais de toute façon impossible de résigner à déposer dans les ronds-points, fussent-ils enterrés, des livres que je n’estimerais pas) et j’ai pu le glisser dans l’interstice même entre la face d’agglo et le support ciment du mur anti-bruit (qui en a dessiné le motif ? qui fabrique ces matériaux ? le motif en a-t-il été commandé spécifiquement pour la mairie de Fondettes ou la nouvelle rocade ?). Comme il n’est pas protégé de l’humidité, je suppose que la première gorgée de pluie va démultiplier son épaisseur, et le caler définitivement dans la paroi – je reviendrai voir. Passants de Fondettes, qui passez : sachez que désormais, en ce rond-point théâtre, Philippe Delerm vous parle et vous salue.

 

ce que le rond-point voit de la ville


 

le rond-point vu depuis ce qui l’entoure


 

intérieur du rond-point, Google Earth et vidéo


 

 


en savoir plus sur le livre lu

François Bon © Tiers Livre Éditeur, tous droits réservés
1ère mise en ligne et dernière modification le 25 janvier 2015
merci aux 461 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page