chasse au Lovecraft de nuit

ce qui reste de la ville qu’il a tant arpentée la nuit


 

Si souvent se demander, à la bibliothèque, dans le rugissement lourd du jour, ce que ça apporte de plus d’être là, quand tout ce qu’il a connu a été écrasé ou reconstruit, sinon ces carnets qui le matin sont devant moi pour déchiffrer et traduire.

Débouchant sur Angell Street où je loge, face à l’emplacement de ce qui fut sa maison natale, débouche le tunnel qui permet aux lourds autobus urbains d’escalader la colline qui joue un si grand rôle dans les géographies urbaines de Lovecraft.

Descendre College Street, et rejoindre l’autre extrémité du tunnel, ce recoin qui, lui et peut-être lui seul, n’a en rien changé depuis 1914, où il fut inauguré, et donc déjà en service quand Lovecraft vivait ici, juste au-dessus, de 1988 à sa mort en 1937.

Et l’occasion, pour qui ne connaîtrait pas, de découvrir le morceau-titre du magnifique album de Vincent Courtois, West.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 21 juillet 2015
merci aux 521 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page