dimanche 3 blogs, 34 | design, film, roses, chagrin

lectures blogs de la semaine, nouveaux sites, hommages


1 – DESIGN IS FINE

Un site découvert lors d’une visite régulière à la grange. Site minimal sur une base Tumblr, il faut chercher profond pour découvrir que l’auteur se prénomme Andrea, dite Rea, et qu’elle vit à Düsseldorf. En Une de son Design is fine, elle dit juste ce qui l’anime : « Imagine a time with no computers but with lots of craftsmanship and creativity. This is my library of art & inspiration from the past », et ce n’est pas ainsi que moi-même j’exprimerais ma relation à l’avant-ordinateur, mais j’acquiesce à l’idée de bibliothèque virtuelle. Ensuite il n’y a plus rien que pure magie, cliquer sur les liens en marge gauche – du moins c’est là que commence la nouveauté, puisqu’il s’agit non pas de liens, mais de mots-clés croisés ré-engendrant chaque fois un nouvel appel aux ressources, selon époque, couleur, technique... J’y suis arrivé par cette page sur des feuilles (gravures, estampes, aquarelles...). Je lui emprunte les deux images ci-dessus.

2 – PING-PONG

Le site vient juste d’être mis en ligne, mais justement ils appellent à contribuer et nourrir. Autant la galaxie des blogs littéraires a eu le temps de se structurer (non pas verticalement, heureusement, mais pour s’épauler, se rejoindre, se nommer), autant pour le film c’est encore dans les limbes, dès qu’on sort de l’industrie culturelle et du divertissement. Ping-Pong c’est donc une revue, la référence à la balle de cellulloïde n’est pas un hasard, et l’expérience se veut plus d’intervention que de réception. Plein soutien donc. Noter que Jean-Philippe Toussaint figure dans l’organigramme, et voilà ce que donne l’approche de son film La robe en miel. On peut suivre sur Facebook via la page de Lucie Rico, apparemment une ancienne de WeLoveWords, ou directement le Facebook de la revue. Il reste qu’un tel site, pour se développer hors de l’espace discursif, devra bien s’ouvrir en accueillant directement la création vidéo ? Le monde film/vidéo est mal préparé à la vague qui s’annonce, de tels outils pourraient l’y aider.

3 – PENDANT LE WEEK-END

Comme vous l’avez constaté, j’ai mis en sommeil la partie journal & photo de Tiers Livre. Il n’y a jamais rien de définitif dans ces décisions, sinon le besoin pour le site de respirations et réouvertures : le journal était une chronique irrégulière, ou improvisée, ou méditative, depuis l’arbitraire des jours, et je ne veux pas me fermer cet espace. Seulement, c’est le même que j’explore depuis 3 mois par les vidéos et difficile de se disperser. D’autre part, c’est le site même (voir chronique d’hier après le choc Emmaüs) que je veux réouvrir à ce ton plus personnel. Lancé en 2007, le journal avait été les deux premières années un fabuleux espace de rencontres et d’interactions. Facebook en a repris le rôle, et je l’assume par une participation active. Depuis 2 ans, voire plus, il ne restait quasiment plus qu’un seul commentateur, mais chaque billet était devenu grâce à lui comme une chronique photographique quotidienne de déambulation parisienne, et plus d’une fois, hésitant à rédiger un nouveau billet, je le faisais pour qu’il puisse, lui, continuer. Il s’agit bien sûr de Pierre Cohen-Hadria, dit Piero de Belleville. Et ça ne l’empêchait pas de mener parallèlement son très beau Pendant le week-end, et de le retrouver dans nombre de projets collectifs (dont l’Air nu, cité dans précédente chronique). Alors Piero en a pris son parti, et je suis pas qu’un peu fier d’avoir ainsi contribué au lancement de son nouveau journal, avec son élégance et son risque habituel, les titres s’appuyant sur la date, ainsi hier ce dix huit neuf quinze, et c’est bien mieux que dans mes commentaires ! Et je lui prends l’image ci-dessous, pour continuer l’entrefer – suivez-le au quotidien !

 

 

ET CODA, RE-HOMMAGE À MME DESVIGNES

J’en ai déjà parlé dans les débuts de cette rubrique, mais deux billets d’une telle beauté de syntaxe et profondeur humaine du regard que je rappelle ici ce blog quotidien tenu depuis Dijon ( ? ) par Lucette Desvignes, qui fêtera ses 90 ans le printemps prochain. L’ancienneté du blog fera qu’on pardonnera le côté dépassé de la plateforme overblog, qui la pollue de pubs ineptes. Voyez comment dans le billet d’hier, sur la notion de chagrin, entretien mélancolique, elle en appelle à Marivaux, chaque mot résonne. Et c’était le cas dans le billet de l’avant-veille, pour éciter Balzac (elle reviendra le lendemain sur cette coquille, qu’elle a laissée sans correction), sur l’idée de testament – y parlant de son unique héritier, dont on se dit qu’il peut être bigrement fier, comme nous on est fier de sa propre oeuvre, à l’héritier aux multiples hétéronymes...

LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 20 septembre 2015
merci aux 600 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page