dimanche 3 blogs, 36 | permanence du blog

de comment s’invente et se déplace le récit sur web


1 – LIGNES DE TRAPPE

Dès mon séjour au Québec (2009-2010) je suivais le blog et les expérimentations – personnelles ou collectives – de Maire-Hélène Voyer. Un blog désormais de maturité, et qui en ce moment se déplace vers les questions de mémoire. Mais avec ce que le Québec y induit de force de paysage, de changement d’échelle, de poids donné à la réflexion sur la langue. C’était particulièrement le cas dans ce texte Lignes de trappe, mais il faut suivre l’ensemble de son blog chronique d’une avatar. La suivre aussi sur Facebook et sur Twitter @mhvoyer. (Fait d’autant plus regretter le silence actuel de Pocahontas, qui suivait itinéraire proche.)

2 – OBLIQUE DU JOURNALIER

Sans doute beaucoup d’entre vous le suivent déjà, mais ça va toujours mieux en le disant : de toutes les expériences initiées et accumulées par Christine Jeanney (Oblique pour une autre toute récente, sa retraduction en cours de Vagues de Virginia Woolf comme autre exemple), son Journalier tranche parce que saisissant écriture, quotidien, invention plastique, lecture et propulsion web dans un même geste, jamais clos sur lui-même. La suivre principalement sur Twitter @cjeanney.

3 – CARNETS DU FROID

Blog, site, journal, web-livre la sémantique est toujours à la ramasse. C’est juste que le web est notre lieu du lire-écrire, à la fois notre continuité et geste au présent de la publication, mais aussi recherche et expérimentation, où d’aucuns vont plus loin que d’autres. J’ai toujours lu le site de Candice Nguyen, TheOneShotMi, comme un de ces éclaireurs – c’est particulièrement le cas en ce moment, avec un journal régulièrement creusé dans le même sol transmedia, et retour lentement construit sur son équipée de l’été dernier au Groenland, ses Carnets du froid. Lire parce que c’est beau, mais lire en tant que recherche et proposition sur ergonomie site et récit web. Elle y raconte même sa vie, maintenant. La suivre aussi sur Facebook ou Twitter @TheOneShotMi (je lui emprunte les photos en haut de ce billet).

 

CODA – MAISON TÉMOIN

L’expérience dure depuis un semestre maintenant, je m’étais toujours promis d’y participer mais trop à faire ici. Lancé initiatement par Christine Jeanney (encore), cette aventure Maison témoin est intéressante parce qu’elle propose, pour naviguer dans le site, mais tout simplement pour y écrire, un repérage spatial : on passe par le plan, on a une idée mentale du lieu, des circulations, de l’espace. Ça interfère avec l’écriture bien sûr, mais donne à réfléchir sur la macro-économie d’un site, ce qui – sur Internet – pourrait être l’équivalent de l’épaisseur du livre. Il y a plein de catégories et de mots-clés, d’infra-liens, tout donc pour s’y perdre (image ci-dessus Piero Cohen-Hadria, un des piliers de l’aventure Maison témoin).

ET POST-SCRIPTUM

Merci à tous pour vos lectures, relais, partages : la revue nerval.fr est solidement repartie, et en attente de nouveaux textes, expérimentations, inventions en prose. On continue aussi à proposer chaque semaine l’image d’un ou d’une photographe.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 27 décembre 2015
merci aux 573 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page