Marc Perrin | Spinoza en Chine

chaque semaine, vidéo-lecture d’un livre récemment paru



acheter le livre

pour soutenir la démarche, abonnez-vous à la chaîne YouTube
merci de ce petit geste

Bizarre éditeur, qui prend le risque d’une publication aussi risquée, aussi monumentale, qui en chacune de ses 528 pages est un défi graphique et narratif, mais ne prend pas la peine de changer les apostrophes code en apostrophes typo, et ne prend même pas la peine de charger la couverture du livre sur Amazon, comme s’il aimait mieux ne pas le vendre.

Ça ne fait rien, on incite quand même lourdement à se le procurer et à y plonger. Et si vous ne le trouvez pas dans votre librairie habituelle, n’hésitez pas à vous adresser directement à Nantes, librairie La vie devant soi, l’auteur est nantais, sûr qu’il y est en stock.

C’est qu’il n’y a pas si souvent des livres ainsi fous et ambitieux, et qui soient une telle réussite du point de vue de l’écriture urbaine (mais pas seulement).

Pour mesurer les enjeux de ce livre, et ce que sous-tend son personnage, voir par exemple les liens référençant les passages si l’état du monde est visible sur mon visage.

Lecture de 3 extraits, et quelques commentaires à la fin [1].


- sur le blog dédié au projet : spinozainchina.wordpress.com, outre des extraits et la trace de l’aventure web ayant précédé le livre, de nombreux liens vers des vidéos évoquées dans le texte ou le prolongeant ;
- Spinoza in China sur le site du Dernier Télégramme
- on peut suivre Marc Perrin sur Facebook
- dossier Marc Perrin sur remue.net

[1Je dis 2 fois, dans mon commentaire à la toute fin, le mot émulation, je ne sais pas pourquoi j’ai fait ce lapsus, le mot que je voulais dire c’est émancipation. Et puis bien sûr il faudrait dire le titre Tchaïna et j’ai fourché avec ma Chine en a...

LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 10 décembre 2015
merci aux 744 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page