atelier été 2017 | et si je vous dis « personnages » ?

pour la 4ème fois, un rendez-vous bimensuel d’écriture, une aventure collective inédite


Comment ne pas renouer avec ce qui s’est passé ces 2 ans (voir ici pour vue d’ensemble), selon les rythmes de chacun (les miens, y compris, donc), aventure collective d’écriture mais délibérément à visée d’invention et d’exploration ?

Pas question pour moi de transposer en ligne ce qui est, dans les workshops de terrain, quels qu’en soient la situation et le public, ce que je considère comme responsabilité pour l’animateur d’atelier d’écriture : un parcours solidifié, analysé, avec objectifs d’apprentissage et d’autonomie ?

Bien sûr, je ne considère pas que cela soit absent ici. Mais je crois que le poids en incombe précisément au collectif, à la confrontation à l’écriture des autres, à la confrontation de ce qu’on écrit soi, à l’espace des possibles constitué par l’ensemble des réponses – qui forcément ouvrent des résonances, et donc processus réflexif, par rapport à son propre texte. Je le mesure d’autant mieux depuis que j’ai inauguré une autre aventure, plus secrète (devoir absolu de réserve comme principe de départ), avec celles ou ceux qui souhaitent travail d’ensemble sur une démarche ou un projet. Aventure pour moi très positive et aussi très troublante par le face à face même, et quand bien même elle est un prolongement quasi naturel du travail avec les étudiants école ou master.

La démarche ici est donc claire : ma tâche, me saisir d’interrogations pour moi urgentes, vives, en tout cas non tranchées. Élaborer des pistes qu’on expérimentera ensemble, avec un double point de vue :

- oui, que chacun puisse avancer son écriture personnelle, la mettre en travail, en confrontation plurielle, accumuler du matériau pour les projets à naître, aiguiser la forme, percevoir les enjeux, disposer des outils, des pistes de lecture ;

- mais aussi que chacun puisse utiliser l’exercice ou reprendre la démarche là ou il ou elle travaille, avec son propre public, dans son propre contexte, tant le tissu de l’écriture créative est désormais respirant, multiple, avec un questionnement littéraire qui s’affirme, et que la frontière a volé en éclats : des dizaines de livres, dans l’édition main stream, proviennent d’auteurs que nous avons d’abord rencontrés en stages ou ateliers.

L’été dernier, une grande bascule dans la forme : à condition que chacun et chacune respectent quelques règles simples (elles sont rappelées dans chaque envoi), ce n’est pas une telle charge que de mettre en ligne ces textes en parallèle de la proposition elle-même. Un groupe Facebook, dont on va devoir modifier l’intitulé (et merci Stewen Corvez) s’est révélé la forme la plus souple pour l’échange direct entre participants.

En fin de l’atelier été 2016 (à partir des « Maisons inconnues » de Christian Garcin) et de ce cycle hiver 2016-2017 (sur le thème perecquien « On ne pense pas assez aux escaliers » – finalisation et publication en cours), un livre est venu concrétiser la démarche.

Alors, quel thème, quelle exploration ? La question du personnage s’est imposée aussi fort que celle de lieu pour le cycle précédent.

Question centrale dans l’approche américaine du creative writing, la construction du character, sa mise en situation, ses interactions, le champ est large.

Question pas moins importante, puisque prenant origine dans la nature anthropomorphe de la représentation, dans notre propre histoire de la littérature. Fascinante à suivre depuis sa constitution, chez Rabelais par exemple, dans l’intérieur de son premier Pantagruel en 1532. Ou dans ce qui en évolue de Balzac à Flaubert, de Flaubert à Proust. Ou dans les grandes ombres souterraines du contemporain après Kafka et Michaux, Cortàzar ou Duras, ou Sarraute.

Si je propose à nouveau cette aventure, c’est qu’elle m’apporte, et m’importe. Besoin de creuser pour moi cette notion, de l’expérimenter grandeur nature. Pas exclu que j’y participe directement, sous pseudo discret probablement, ce sera à vous de trouver.

Une autre ambition : le rapport vraiment ambivalent à creuser entre l’atelier et le perso, l’exercice et le lâcher-prise. Question qui concerne sur le fond nos démarches dans les masters de création littéraire. Le souhait que ces exercices soient pour chacun une marche délibérée vers le projet autonome, le nourrissent et le fassent émerger.

Je reste sur les mêmes conditions toutes simples que pour les précédents ateliers :

- l’abonnement au site c’est une fois pour toutes, rien à repayer, c’est pas le but de la manoeuvre, et bienvenue aux nouveaux arrivants [1] ! – paiement PayPal ou par chèque si vous préférez, sous réserve que vous disposiez d’un e-mail (mais un grand merci à vous tou.te.s les abonné.e.s pour ce magnifique soutien supplémentaire via vos achats Tiers Livre Éditeur, un grand socle et élan cette année...)

- l’accès abonnés permet de recevoir la lettre d’info avec les nouvelles mises en ligne ;

- on trouve dans la partie réservée aux abonnés, outre les eBooks et podcasts, un ensemble de fiches-support imprimables (une soixantaine actuellement), avec les extraits nécessaires à l’exercice, éventuellement réutilisables avec votre propre public ;

– ainsi que version ePub de mes Outils pour le roman façon creative writing et la version PDF de mon Tous les mots sont adultes (méthode pour l’atelier d’écriture, Fayard, 2000/2005 pour l’édition print) ;

- comme pour le précédent atelier, je mets mes propositions en ligne suivant mes propres rythmes, mais chacun écrit selon ses propres possibilités, la mise en ligne est permanente, et possibilité de nous rejoindre sur toute la durée de l’atelier.

Enfin, bien sûr, chacune des propositions fera l’objet d’une vidéo de présentation, disponible aussi bien sur YouTube que sur Vimeo.

Images ci-dessus : je mets cet atelier sous le signe d’Alfred Kubin, parce que bien sûr nos petits personnages on va pas en faire de la gnognotte à roman guimauve !

Alors, on y va dès cette fin de semaine ?

[1Note traditionnelle, mais quand même : bienvenue aux étudiant.e.s EnsaPC ou master écriture UCP, mais bien sûr interdiction absolue passer par la case PayPal, juste me prévenir par mail pour inscription.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne 28 mai 2017 et dernière modification le 30 juillet 2017
merci aux 1977 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page