H.P. Lovecraft | L’ombre qui prit Innsmouth, §58

un récit essentiel de H.P. Lovecraft, présentation bilingue


présentation et début _ précédent _ suivant

A very thin sprinkling of repellent-looking youngish people now became visible on the sidewalks — lone individuals, and silent knots of two or three. The lower floors of the crumbling houses sometimes harboured small shops with dingy signs, and I noticed a parked truck or two as we rattled along. The sound of waterfalls became more and more distinct, and presently I saw a fairly deep river-gorge ahead, spanned by a wide, iron-railed highway bridge beyond which a large square opened out. As we clanked over the bridge I looked out on both sides and observed some factory buildings on the edge of the grassy bluff or part way down. The water far below was very abundant, and I could see two vigorous sets of falls upstream on my right and at least one downstream on my left. From this point the noise was quite deafening. Then we rolled into the large semicircular square across the river and drew up on the right-hand side in front of a tall, cupola-crowned building with remnants of yellow paint and with a half-effaced sign proclaiming it to be the Gilman House.


Sur les trottoirs maintenant quelques rares passants jeunes mais à l’apparence répugnante – des individus solitaires, ou des groupes silencieux de deux ou trois. Les étages inférieurs des maisons croulantes accueillant parfois de petites échoppes aux vitrines miteuses, et tandis que nous avancions je comptai un ou deux camions garés. Le bruit de la chute d’eau devenait de plus en plus distinct, et je découvrais maintenant la profonde gorge où coulait la rivière, enjambée par un pont large et haut à charpente métallique, avec de l’autre côté une grande place ouverte. Comme nous nous engagions en brinquebalant sur le pont, je remarquai de chaque côté quelques bâtiments d’usine surplombant la rive herbeuse ou partiellement effondrés. Loin en dessous, l’eau coulait rageusement, et je vis deux chutes puissantes en amont sur ma droite, et une autre à ma gauche. Le bruit à cet endroit était assourdissant. Enfin nous arrivâmes sur cette grande place semi-circulaire et nous arrêtames à main droite juste devant la vaste et haute bâtisse à coupole qui se souvenait d’avoir été peinte en jaune, et où une inscription semi effacée proclamait qu’il s’agissait de la Gilman House.
LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 19 décembre 2017
merci aux 52 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page