Bon & Toeplitz #135 #3 | se taire & enlever les murs

le making of d’un projet de performance infinie


 

se raconter son histoire à soi-même _ se taire
enlever les murs


- 135 façons de sauver la Terre, sommaire général & présentation du projet ;

- vidéo ci-dessus (texte intégral ci-dessous) : atelier-studio de Kasper Toeplitz, Paris, le 24 juillet 2020.

- version complète du livre en préparation, mise à jour permanente, dans les ressources Tipeee de Tiers Livre.

- sur Kasper T Toeplitz, voir son site Sleaze Art

- 135 façons de sauver la Terre est un projet mené avec le Centre de musique contemporaine Art Zoyd — on a besoin de la scène, on a besoin de temps studio : nous contacter pour performance ou résidence, Fr ou plus loin.

se raconter son histoire à soi-même


on commencerait par compter à l’envers
5 4 3 2 1
et là ça recommençait
5 4 3 2 1
et là chacun avait déjà commencé
5 4 3 2 1
toi tu comptais tu ne savais pas ce qu’ils se disaient
5 4 3 2 1
chacun se racontant son histoire à soi-même
ça ne regarde pas les autres ce que tu te racontes à toi-même
tu te racontes tout chacun ton histoire
tu te racontes tout chacun ta propre histoire
si chacun se racontait à soi-même sa propre histoire
on commencerait tous en même temps
5 4 3 2 1
on entendait plus que ça partout
ce chuchotis ce chuchotis ce chuchotis
chacun se racontant ses histoires à soi-même
ce chuchotis ce chuchotis ce chuchotis
chacun continuant sa propre histoire
ce chuchotis ce chuchotis ce chuchotis
chacun se racontant son histoire à lui tout seul mais
pendant que tu te racontais ton histoire la Terre elle est tranquille
pendant que tu te racontais ton histoire les autres ils sont tranquilles tu n’embêtes pas les autres
tu ne charges pas les autres de toi et aucun autre qui te charge
puisque toi tu comptes
5 4 3 2 1
chacun de tous les autres se racontant son histoire à soi-même
un moment on prendrait le temps
on aurait arrêté la Terre à
5 4 3 2 1
on aurait arrêté la Terre pour que chacun se raconte son histoire
si on se raconte son histoire à soi-même tu vois la Terre elle est tranquille
on ne fait plus que
5 4 3 2 1
on se raconte chacun son histoire à soi-même
et si les histoires sont longues
si longue est l’histoire que chacun à soi-même se raconte
qu’est-ce que ça peut faire
on aurait bien plus de temps qu’on en a maintenant
2020.07.24

se taire


ou le contraire se taire
s’efforcer chacun à se taire
quiconque aurait tentation du contraire
le regarder tranquillement le regarder dans les yeux lui dire juste
se taire
tu le vois qu’ouvre la bouche
ah ah ah il voudrait
toi tu lui dis non non non
juste se taire
deux jours tout le contraire
de la ville tout le contraire
et des machines à lancer les mots tout le contraire
juste là se taire
taire taire taire quoi
taire taire juste taire
la Terre se taire par toute la Terre
tout ce que tu as sur la patate
tout ce que tu aurais envie de crier
et dire pour frauder dire pour se venger même convaincre
dire juste là non non
non se taire juste là se taire
tais-toi tais-toi tais-toi
juste là un moment se taire
juste là se taire
juste un moment se taire
continuer à se taire
que tout le monde accepte de se taire
pour longtemps ils diront
ah tais-toi on n’a pas fini
pour longtemps ils crieront pour longtemps ils pleureront
encore encore se taire tu répondras
encore un peu encore juste un peu se taire
encore un tout petit instant de plus se taire
tu l’entends la Terre quand nous on accepte de se taire
tu l’entends autour la Terre comme il grandit s’élargit s’apaise quand nous on accepte de se taire
on fait effort de se taire
2020.07.24

enlever les murs


alors t’avais ce type qu’était arrivé
ce type qui s’était mis devant toi et
ce type qui t’avait attrapé par le bras
et t’avait dit mais tout près comme ça
là juste devant toi
visage contre visage
le type bien trop près
le type tu voyais bien qu’il avait quelque chose à te dire
le type il disait mais toi tu ne comprenais rien
tu ne comprenais pas exactement ce qu’il voulait te dire
ce qu’il voulait te dire c’était ça
c’était son idée mais lui il n’avait qu’une idée
et son idée
il pensait que c’était la juste c’était la bonne
son idée juste ça
tu enlèves les murs
tu vois devant toi tu as un mur
alors pense à ce qu’il y a derrière le mur
pense aux gens qui ont construit le mur
et partout que tu sois
tourne toi regarde autour de toi
vois s’il n’y a pas un mur au moins un mur
rien même que juste un mur
là pleine route ou pleine ville
ou même intérieur de l’immeuble
regarde est-ce qu’il y a un mur au moins ou juste un mur
c’est quoi le mot mur il y en a partout des murs
mur mur mur mur mur
tu marches et devant toi un mur
une route c’est mur à l’horizontale
habiter c’est murs dressés à la verticale
plus quelque chose qui coiffe les murs
et c’est quoi la propriété là où tu n’as pas le droit d’entrer
c’est juste murs murs murs murs murs
t’as un mur et par dessus le mur ferrailles tessons barbelés
et pour traverser le mur portail surveillé gardé
moi ce que je veux disait le type
c’est juste regarde autour de toi et s’il y a un mur
tu vas jusqu’au mur puis tu l’enlèves le mur
juste ce mur et au-revoir le mur
puis ensuite ru recommences
si autour de toi y a aucun mur c’est que tout va
mais en fait non
toujours t’en vois disait le type un bout de mur
tu marches dans les rues disait le type toujours t’en vois un de mur
puis dans les villes le ciel même un mur
peut-être tout droit devant toi pas de mur
la ville recommence plus loin avec d’autres murs
le type il était là il te racontait ça
bien trop près ou nez contre nez toi t’aimais pas ça
ce que t’aimait pas dans ce type c’est l’odeur de la bouche
tu lui disais mais c’est bon je peux entendre ce que t’as à me dire
mais il me collait
tu recules il te suit
tu vois mon idée disait le type c’est un par un enlever les murs tous les murs
mais si t’enlèves les murs en reculant j’avais dit il va rester quoi et lui qui me collait
il va rester nous il me dit
simplement tu commences par un mur
tu enlèves le mur
ensuite tu te retournes tu regardes s’il y a un autre mur
tu enlèves l’autre mur
puis continue, tu continues tu continues
moi je lui dis mais on fait quoi nous tous
si on n’a plus de mur
c’est là que ça commence m’a dit le type
tu vois il s’était rapproché tout près
il s’était rapproché encore plus près
il me collait le gars
je sentais l’odeur qu’il avait dans sa bouche
c’est jamais très bon les gens qu’on connaît pas
l’odeur que les gens ont dans la bouche
et puis je voyais ses yeux j’aimais pas trop ses yeux
j’aimais pas trop ce qu’il y avait de fixe dans ses yeux
au type
tu vois ce qu’il me disait trop près avec ses yeux fixes
faudrait qu’on commence par enlever un mur il me disait
le type
un seul mur
un mur puis encore un mur
2020.07.24

 

LES MOTS-CLÉS :

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 31 juillet 2020
merci aux 112 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page