#été2024 #01/40 | infinitifs & adjectifs, la cure Beinstingel

« anthologie », le cycle été 2024 de Tiers Livre



 sommaire général et présentation du cycle été 2024 (plus inscriptions) ;

 la page unique Patreon avec récap des consignes écrites et téléchargements fiches d’appui (ou via lettre mail dédiée pour les participant·e·s non abonné·e·s) ;

 l’ensemble des participant·e·s à ce cycle reçoit directement par lettre mail dédiée les nouvelles propositions, le journal de bord, et les fiches d’appui ;

 problème d’accès WordPress ou réception lettre mail : nous écrire !

 

#01 | infinitifs & adjectifs, la cure Beinstingel


C’est ainsi dans tout cycle d’écriture, pas moyen d’y échapper : si on veut que l’écriture parte libre et dénouée, pas d’autre issue que casser au départ quelques réflexes rhétoriques. Ainsi, on peut travailler sur l’absence de ponctuation et la restaurer ensuite signe après signe.

Un de nos grands ennemis, dans l’art du roman, c’est l’idée que fabriquer une illusion de réel, bien cadrée par la caméra à distance du passé simple, ou toute flaubertienne de l’imparfait, pourra se révéler d’utilité dans la vitesse, le chaos, le désarroi du monde d’aujourdhui (version 1) ou tout simplement l’inscription dans la contemporanéité de la littérature (version 2).

La seconde idée à éclaircir avant de démarrer, c’est que l’adjectif peut-être qualificatif. Il ne peut l’être qu’à condition de l’écart, de n’avoir pas été communément employé avec le nom dans cet usage et, de toute façon, qu’à condition d’une économie maxium : la seule définition de l’adjectif, c’est que, s’il est là, c’est qu’on n’a pas pu faire autrement.

Alors pourquoi ne pas commencer par cette bonne et salvatrice cure, et faire en sorte qu’elle ne soit pas si amère, au vu de ce qui nous attend de surprise et de brillance... et voilà comment nous partons à la rencontre , pour cette ouverture de cycle, de Thierry Beinstingel...

Pour faire connaissance avec Thierry Beinstingel, voir son historique Feuilles de route, et tester ses notes d’écriture ou ses étonnements, parmi les autres rubriques.

Dans les deux documents à télécharger, je voudrais que nous partions du chapitre 2 de Central : la traversée du lieu éponyme (traversée spatiale), uniquement à partir de participes présents et d’infinitifs.

L’argument narratif de Thierry Beinstingel : après plus de dix ans chez France Telecom, le central téléphonique qui était le coeur de son travail est classé comme obsolète et promis à la démolition, on propose aux personnels destinés à reconversion de rédiger eux-mêmes une « description d’emploi » pour laquelle l’entreprise leur remet un « glossaire de verbes ». Sept ans plus tard (il insiste sur ce décalage), pour son premier livre, Beinstingel s’appuie sur le souvenir de ce « glossaire de verbes » perdu et s’en sert comme protocole narratif.

Le deuxième document proposé, c’est le chapitre 7 de son deuxième livre, Composants, aussi chez Fayard comme ceux qui suivront. Là, un intérimaire a reçu pour charge, une semaine durant, de ranger et stocker des composants mécaniques ou électriques laissés en vrac dans un entrepôt. La traversée est cette fois temporelle : le journal de cette semaine, mêlant peu à peu les contraintes privés aux questions du travail déqualifié. Cette fois, l’infinitif et le participe présent ne sont plus des contraintes, mais quel exemple de ce qu’on peut tirer, dans la confrontation de l’écriture et du monde, par l’élimination des adjectifs qualificatifs, du moins leur raréfaction comme élément actif de ce qu’on contraint le lecteur à refabriquer mentalement pour construire sa propre illusion de réel, ou la représentation liée au récit.

Et vous, alors, qui probablement n’avez pas consacré dix ans de votre vie à l’organisation interne et aux tâches d’un central téléphonique ?

Je vous propose de travailler non pas sur un lieu « privé » (on y viendra dans la proposition suivante), mais vous aussi sur un lieu de travail, quel qu’il soit : appréhender une bibliothèque ou un établissement d’enseignement non pas depuis ce qui le définit comme espace de relations sociales, mais s’en tenir à une traversée, celle qu’on accomplit chaque matin du parking à sa place, ou de l’arrêt de bus au vestiaire ou la salle de pause.

Cela ne vous convient pas ? Alors s’en remettre au concept d’espace public, galerie marchande, établissement de soins, on reprend la même idée de traversée spatiale, et au même strict protocole de participes présents et d’infinitifs. C’est l’échelle, le microscope, qui fabriqueront l’intérêt du texte. Cela ne vous convient pas non plus ? Eh bien, tout simplement un fragment de rue. Les rues sont partiellement des intérieurs, et c’est parfait comme troisième piste.

Pourquoi ajouter ce chapitre de Composants ? Pour l’idée de traversée temporelle (ce chapitre aurait pu figurer dans notre cycle récent sur les « gestes ») : non pas une semaine, mais, dans un des mêmes lie évoqués ci-dessus, la traversée temportelle d’un après-midi...

Et maintenant, une dernière chose, mais peut-être principale : Central est un roman, basé sur l’exploration d’un objet social complexe, sur la base d’une expérience autobiographique revisitée à sept ans de distance (penser à L’excès l’usine de Leslie Kaplan, en 1982, plus de dix ans après ses expériences « d’établie »). C’est parce que cette exploration lui est intimement nécessaire, que le récit échappe à l’exercice et devient expérience littéraire. Dans le choix que vous allez faire de ce lieu de travail, ou lieu public, ou d’une simple rue (pensez à Steinbeck et sa Rue de la Sardine !), c’est cette instance d’un enjeu personnel qui doit vous guider — aucun dévoilement autobiographique, distance mémorielle libre, mais si c’est ce lieu précis que vous choisissez d’écrire, vous (et vous seul) en savez la raison.

À vous, cette fois c’est parti !

 


responsable publication François Bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
diffusion sous licence Creative Commons CC-BY-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 19 juin 2024
merci aux 440 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page