le carnet de 1925 | samedi 9 mai

des sons mystérieux, des portes qui s’ouvrent, des légendes effrayantes...

sommaire _ précédent _ suivant

Up noon — read — Sonny tel. — read — GK call — Udolpho — dinner — shop — SL call — feed him — tell him to sleep — return & write — (SL sleeping there up to GK’s) GK & SL call — out to Tiffany — see SL house — return — disperse — write — AEPG////retire.


Levé à midi. Lecture. Frank Belknap appelle. Lecture. Kirk appelle. Lecture (Ann Radcliffe, Les mystères d’Udolphe). Dîner. Courses. Loveman appelle. Je l’invite à manger, puis à dormir. Retour, écriture. (Loveman dort ici mais d’abord va chez Kirk.) Kirk & Loveman appellent : je les retrouve au Tiffany, on va voir la nouvelle maison de Loveman. Retour, dispersion, écriture. Lettre à tante Annie. Couché.

| un bref commentaire |

« Des sons mystérieux, des portes qui s’ouvrent, des légendes effrayantes, et une horreur sans nom dans une niche cachée derrière un voile noir, tout cela opérant en succession rapide pour amener à bout l’héroïne et sa confiante servante Annette ; mais finalement, après le décès de sa tante, elle s’échappe avec l’aide d’un autre prisonnier qu’elle a découvert. Sur le chemin du retour, elle s’arrête dans un château rempli d’horreurs nouvelles – l’aile abandonnée où habitait la châtelaine, et son lit de mort avec le linceul noir – mais elle se retrouve en sécurité, et trouve le bonheur avec son amant Valaucourt une fois éclairci le secret qui semblait envelopper sa naissance de mystère. Clairement, tout cela reste du matériau habituel, remis sur l’établi ; mais tellement bien remis sur l’établi qu’Udolpho restera à jamais un classique. Les personnages de Mme Radcliffe sont des mannequins, mais ils le sont moins que ceux de ses prédécesseurs. Et pour la création d’atmosphère elle semble prééminente parmi ceux de son temps. » Ainsi pourrions-nous commencer à nouer ou coudre ces heures que Lovecraft passe à écrire, l’essai tel que nous le connaissons, et les lectures quand il les cite. Insérer en amont, dans leur perspective historique, les catégories de fiction qu’il utilise lui-même : les figures archétypiques de l’horreur, l’artifice des personnages, mais que tout cela participe d’une histoire des formes, et d’un dessin particulier de l’auteur. Lovecraft a déjà écrit de très fortes et puissantes histoires (L’étranger, Dagon, De l’au-delà, Eric Zann...), il connaît son territoire : il l’arme pour que naissent les grands récits. Alors, dans cette élaboration de soi-même comme auteur, en construisant comme personnages d’un texte critique les auteurs du passé, ce temps perdu avec les copains prend peut-être sa perspective : élaboration d’un destinataire, élaboration d’une méthode. On est seul pour la fiction, la critique est peut-être affaire d’identité collective. Mais hors de question de différencier l’essai, L’horreur surnaturelle dans la littérature, de l’oeuvre de fiction.

| à New York ce jour-là |

New York Times, le 9 mai. De Cambridge, Massachusetts, 8 mai. Les régates d’aviron de Harvard, lors desquelles les novices des premières et deuxièmes équipes de Crimson affronteront celles de Cornell, Pennsylvanie, et du Massachusetts Institute of Technologue, commenceront demain à 16h. La première course sera celle des novices. A 16h45 celle de l’équipe junior, et à 17h30 la course principale. Toutes les courses se feront dans le sens du courant, sur une distance de 2,8 km (1,750 mile), sous l’arbitrage de Walter I Badger Jr de l’université Yale, et on attend 60 000 personnes pour assister à la compétition depuis les larges esplanades des deux rives et sur les ponts. Tous les équipages seront sur la rivière dès hier, tandis que le huit de Cornell, qui est arrivé seulement aujourd’hui, n’aura droit qu’à deux entraînements. Mais l’équipe de Cornell semblait réellement prête ce matin à relever le pari. Et dans l’après-midi, sur une eau aussi calme qu’on pouvait le rêver, les douze équipes de huit ont rodé leurs stratégies. L’équipage de Pennsylvanie semble être le favori, notamment pour leur victoire sur l’équipe junior de Yale à Philadelphie la semaine dernière. Les Pennsylvaniens, d’une moyenne de 90 kilos, seront les plus lourds sur l’eau. La moyenne de ceux de Harvard c’est 89, Cornell 88,5 et ceux du M.I.T. juste au-dessus de 65.

 



lire un autre jour au hasard :
le carnet de 1925 | lundi 20 avril



Tiers Livre Éditeur | The Lovecraft Monument
© tous textes d'accompagnement & traductions François Bon, droits réservés.
1ère mise en ligne et dernière modification le 9 mai 2015.