le carnet de 1925 | dimanche 10 mai

quant à s’acheter des mouchoirs

sommaire _ précédent _ suivant

Up noon — write — buy stamps & handkerchiefs — dinner — write — read — write till dawn — retire.


Levé à midi. Écrit. Acheté des timbres et des mouchoirs. Dîné. Écrit. Lu. Écrit jusqu’à l’aube. Couché.

| un bref commentaire |

Au sommaire du supplément littéraire du New York Times, deux volumes sur la jeunesse d’Ernest Renan, 185 paroles de chansons collectées dans le Sud, William Blake, les rêves et les fantômes, un nouveau livre du professeur Phelps sur la Bible, « une journée dans Londres, Mme Dalloway élargit les usages et les fonctions de la fiction, une note sur cette école de nouveaux écrivains » à propos de Virginia Woolf, la parution des pièces de théâtre laissées par Joseph Conrad, mort l’année précédente, « l’art cristallin » de poésie de Richard Aldington et W H Davies, des compte rendus d’une biographie du prince de Galles et une comparaison des généraux Robert E Lee et Wellington, et l’autobiographie médicale du Dr McLaurin, D’abord mortels, paraît juste quand il meurt. Mais pendant ce temps-là, ce dimanche matin, Lovecraft s’achète des timbres et des mouchoirs, puis s’en va lire et écrire jusqu’à l’aube. Les mouchoirs faisaient partie du trousseau. On les brodait à ses initiales, on les pliait et repassait au carré. Les mouchoirs duraient longtemps, aussi longtemps que vous. Avec le développement de l’industrie du coton ils prennent sans doute des couleurs et des motifs : Lovecraft ne précise pas comment il les choisit. Ni combien il en achète, et on peut supposer que c’est en solde ou sur une braderie de coin de rue. Dans les dix-huit occurrences du mot mouchoir dans À la recherche du temps perdu, on les achète aussi « faire emplette de quelque mouchoir »), on les voit parfois en dentelle (« une bourse en or d’où pendaient des fils de grenats, et un mouchoir en dentelle »), on les utilise par politesse (« s’étouffaient de rire dans un mouchoir »), et ils sont les signes de l’amour ou de la jalousie (« je rentrais un instant dans ma chambre regarder si mon amie n’aurait pas par bonheur oublié un mouchoir, un sac, quelque chose dont j’aurais pu paraître avoir peur que cela lui manquât ») – le mouchoir américain sera plus rude et, pour Lovecraft, seulement utilitaire.

| à New York ce jour-là |

New York Times, le 10 mai 1925. De Washington, le 9 mai. Grâce à la subvention de 3 millions de dollars attribuée par le Congrès, la Navy projette de développer de nouveaux types d’avions bombardiers pour être déployés sur les nouveaux porte-avions en cours de construction, le Saratoga et le Lexington. Des appels à projet ont été lancés pour un avion monoplace construit autour du moteur Packard « 2500 ». Les détails de cet avion sont maintenus confidentiels. Si le marché est attribué, l’avion sera construit dans l’usine aéro-navale de Philadelphie. Des appels à projets seront suivis d’un autre concernant un appareil bi-moteur construit autour du moteur « Cyclone » à refroidissement par air de Wright, et déjà testé sur un vol de Patterson, New Jersey, jusqu’à Washington. On espère que les expériences menées avec ces deux avions permettront de progresser dans la conception des appareils embarqués sur les porte-avions, et la décision de les déployer en quantité ne sera prise qu’à ce moment-là.

 



lire un autre jour au hasard :
le carnet de 1925 | jeudi 7 mai



Tiers Livre Éditeur | The Lovecraft Monument
© tous textes d'accompagnement & traductions François Bon, droits réservés.
1ère mise en ligne et dernière modification le 10 mai 2015.