05.45 au Carré Curial

sortie de boite, l’aurore au doigt rose avait déjà caressée le ciel.Le sol était moins paisible,mégot de cigarette au bout rougissant, côtoyait péniblement les canettes de 8 6 écrasées par l’armée d’étudiant nocturne.D’ailleurs l’un de était à terre, dû à une surconsommation d’un quelconque élixir au goût fleurie.Ce soldat dans un dernier hélant de bravoure,tapissa le sol d’une peinture verdâtre , donnant à ce décors grisonnant une touche de verdure organique.Les videurs raillaient l’oeuvre de ce Picasso du crépuscule.Peut être que ce qui a donné envie à cette artiste de cracher son oeuvre sur le sol se trouve autour de lui, les lieux étaient d’une géométrie étriquée,les angles droits était plus droit que le plus droit des angles droits.L’architecture tout de béton nue torturait l’armature métallique qui étouffait dans cette habillage de béton gris.La droiture des formes déformes notre rectitude, pour moi, le chef d’oeuvre régurgité de l’artiste était la bienvenue.

10 commentaires à propos de “05.45 au Carré Curial”

  1. Hypothèse n°2 : Peut-être que ce qui a donné envie à cet artiste de cracher son oeuvre sur le sol se trouve dans son esprit. Le mélange des mégots de cigarettes, des canettes de 86 écrasées par l’armée d’étudiant et de l’étudiant lui-même par-terre ne lui semblait pas assez psychédélique, alors il en a rajouté une couche. Avec de la peinture verdâtre, il rappelle le goût fleuri que l’étudiant à terre à surconsommé.
    Donnant, en tout et pour tout, une seconde vie à se sol moins paisible.

  2. Hypothèse n° 2 : le lendemain, on avait envoyé les peintres. Dans les angles droits, en trompe-l’oeil, ils avaient dessiné des jardins, des forêts. Croyez-le ou pas, l’angoisse s’était faite encore plus grande, plus oppressante. – Il faudrait rayer la nuit, avait dit un type. – Nous noyer dans la nuit encore plus, j’avais répondu.

  3. Hypothèse 4 : Le Picasso moderne, le matin venu, enfin vers midi tenta de se lever pour mettre son nez dans l’amphi où il aurait dû passer la matinée. Il prit alors une aspirine, la tête lui tournait. Il souffrait du dos s’en trop savoir pourquoi. Quand il se connecta sur son portable, des photos de lui étalé face contre terre remplissaient son mur. Plusieurs de ses amis avaient déjà commenté les publications et le charriaient pour son œuvre .

  4. Hypothèse 57 :Un Picasso, un artiste malgré lui ces œuvres non apprécié juste taquinées, charrié. Alors ce décor idyllique, ce décor matinal au allure de fin de soirée. Pas encore couché, toujours pas au lit l’artiste de rue fait apparaître cet art. Beaucoup vont passé a coté rigolant, lui jetant des regards de dégoût, se faisant des hypothèse sur l’origine de cet flaque d’art.

Laisser un commentaire