#40jours #21 | obstruer briser détruire…

Obstruer à l’aide d’une bombe de peinture les caméras de surveillance. 

Briser : Dresser la liste des réverbères, se poster la nuit devant chacun, se donner quinze minutes, si personne ne vient, à l’aide d’un lance-pierres, briser la vitre et l’ampoule de  cet éclairage inutile. Passer au suivant. Recommencer autant de nuits que nécessaire. 

Détruire tous les panneaux publicitaires : qu’ils soient sur pied à l’entrée de la ville, sur les sucettes, sur les façades, sur les balcons. Faire de même avec toutes les enseignes  des magasins. 

Démonter tout le mobilier urbain qui empêche la circulation des piétons : bacs, barrières, potelets, arceaux, bornes, boules, garde-corps. Ne conserver que les bancs à condition qu’il soit possible de s’allonger dessus. S’y allonger dessus. Installer des hamacs que l’on accroche aux arbres ou à  des anneaux vissés sur les façades. 

Sortir les toiles du musée et les accrocher aux murs des classes, de la maison de retraite, de la clinique, de la médiathèque, des boutiques.

Exposer dans le musée les jardinières, vases, barrières, bornes, arceaux, et tout le mobilier urbain inutilisé. Possibilité de le toucher, de courir. L’entrée est gratuite.

Libérer  de leurs bacs, de leurs pots, les magnolias à grandes fleurs et les orangers installés sur les trottoirs de la ville, planter les premiers dans le cimetière,  les seconds là où étaient leurs pots, pour cela creuser dans les pavés, le goudron, jusqu’à parvenir à la terre. 

Libérer les fleurs des jardinières qui envahissent les rues, les ronds-points, et  les planter en pleine terre. 

Semer des graines de glycine.  Dans les allées du cimetière. Devant les  tombes sans caveau. Dans la cour des écoles. A côté  des containers  de poubelles. Le long des boulodromes. Dans les squares des cités HLM. Semer des graines de tomates, courgettes, melons, concombres. Sur les pelouses des ronds points, du jardin d’enfant, au pied des statues, du monument aux morts. Au bord du fleuve. 

Lire : S’asseoir par terre dans une allée du marché et lire en silence Les Planches courbes d’Yves Bonnefoy, quand terminé, se lever, tracer à l’aide d’une craie un carré sur le sol, poser au milieu une feuille de papier Canson en couleur de format A3 (le carré dessiné à la craie doit être plus grand que la feuille), y déposer le livre . Aller dans l’allée suivante du marché, s’asseoir par terre et lire en silence Pour Un oui pour un non de Nathalie Sarraute, quand terminé, se lever, tracer à l’aide d’une craie un carré sur le sol, poser au milieu une feuille de papier Canson d’une autre couleur y déposer le livre. Continuer avec La Maison rose de Pierre Bergounioux,  puis si le temps le permet, poursuivre plus loin avec le Journal Du dehors d’Annie Ernaux.

Entrer dans les Presse, voler tous les exemplaires de Valeurs Actuelles et les jeter dans le container jaune. En faire de même dans les salles d’attente lorsque des magazines y apparaîtront à nouveau. 

Et puis saluer, sourire, parler

A propos de Betty G.

Lire, certes, mais écrire?...

7 commentaires à propos de “#40jours #21 | obstruer briser détruire…”

  1. J’imagine la fille, son look de dark-woman, sa rage, son énergie de pile électrique, son pouvoir de persuasion à la tête d’une meute de mercenaires bénévoles qui arpentent en chantant la ville , la soulèvent avec des actes symboliques et rigoureusement concrets ! Je vois la militante, la walkyrie sans remords qui plane au-dessus des maisons , des immeubles, les réveille à coûs de gong et de crécelle, elle est peut-être juchée sur un balai ou sur une tronçonneuse , elle a le regard noir et perçant, la bouche rieuse et farouche, elle n’a pas froid aux yeux ni aux fesses… J’entends le bruit feutré des camions de C.R.S qui se rapprochent et l’encerclent, les parlementations des préposés pour qu’elle s’immmobilise gentiment avant que… Mademoiselle, s’il vous plaît, calmez-vous, vous êtes en infraction et sous le coup du chef d’accusation de dégradation volontaire du bien public et du libéralisme consensuel garant de la propriété privée et des profits juteux, vous devez vous soumettre à la pollution, l’injustice, la corruption, l’hypocrisie politique sous peine de vous voir infliger quelques jours d’ITT liés à votre refus d’obtempérer devant la force publique et assermentée… Ne me dites pas que vous ne connaissez pas la loi ( du plus fort) … Circulez sur les voies cyclables s’il vous plaît et veuillez acquitter au préalable l’amende pour stationnement gênant sur la voie publique ! Nos hommages Mademoiselle, nous aussi on est pas content.e.s ! On aimerait s’asseoir sur un banc cinq minutes avec toi et r’garder tous les gens tant qu’y’en a… En Ville c’est du free style…On a pas le temps…

Laisser un commentaire