Baudelaire #2 U

Dans une ville inconnue, déambuler en regardant autour de soi, les immeubles d’un autre style que ceux de chez soi, souvent beaux, enfin, qu’on trouve beaux pour rentabiliser son voyage, les panneaux mettant en garde d’on ne sait quoi puisqu’en une langue incompréhensible, marcher et découvrir les rues tout en tentant de se repérer afin de rejoindre sans trop de Continuer la lectureBaudelaire #2 U

Un regard d’homme

Une seule fois elle a suivi un homme inconnu, croisé dans un escalateur en sens inverse, un regard bleu indigo, clé sublime d’une portée musicale qu’elle était seule à entendre, regard perçant et doux à la fois, une décharge électrique au milieu du front, sensation subite d’un fil tendu magique, d’un harpon, la brulure était intense, clignement des yeux et Continuer la lectureUn regard d’homme

zone hôtelière

Zone hôtelière au bout de l’avenue de Saint-Ouen, il faut (il fallait) tourner à droite en descendant vers la porte – non à gauche -, gravir un plan incliné qui mène à l’entrée, là où les autobus déposent leurs sommités à trois cents francs la nuit – des cars entiers d’étrangers (même aujourd’hui, ceux-là, on les accepte, ceux-là sont les Continuer la lecturezone hôtelière

Cette beauté qui morcelait la ville

La ville se dessinait à l’encre sympathique, nuages oranges voisins des toits de zinc, du canal dont l’odeur remontait comme ça, c’est vrai, c’est ce qui fait que j’avais un peu froid et chaud, un peu, juste un peu. Vent, rassemblement des feuilles. Rien n’y fait, je ne savais pas où j’étais et où j’allais ; rien, du dégoût, de ma Continuer la lectureCette beauté qui morcelait la ville

premier mai

C’est le premier mai, ciel radieux. Je suis fébrile, comme chaque fois que je m’apprête à rencontrer quelqu’un qui t’a côtoyé, comme si j’allais passer un grand oral. Je dois retrouver Slimane, un de tes anciens élèves, pour un café à l’East Bunker, près de la Gare de l’Est, immanquable. C’est à cinq minutes de la maison mais je ne Continuer la lecturepremier mai

J’ai peur des artistes !

Je n’aime pas les après-concerts : ce temps qui suit la performance, concédé à la « rencontre » de l’idole avec son public. Approcher l’acteur, le chanteur, le musicien, m’est impossible. Quel message lui délivrer qui n’aura pas déjà vibré à son oreille un million et demi de fois ? Qu’ajouter à la beauté éphémère du partage musical, au cours duquel il ou elle, Continuer la lectureJ’ai peur des artistes !