elle

   Mai 1920         Lyon           un appartement         rue des Remparts d’Ainay         Anne surveille         avec confiance         le service du dîner        répond à ses invités         mais pense         à la lenteur du courrier         à la lettre reçue de sa plus jeune fille         si jeune         qui venait d’arriver à Pékin         avec son mari ce capitaine à petite moustache         forte Continuer la lecture elle

sortie r E r

Du train        escaliers        couloirs        quand j’arrive        je ne sais jamais        débarquant        par le haut        par le bas        je cherche du regard        devant la gare        sur la place        les grillades        le maïs        à la sauvette        à côté des cartons        des baskets        à vendre        ou aux pieds        pour la plupart les passants        debout        je cherche du regard        beaucoup de monde        selon les heures        ou assis        des Continuer la lecture sortie r E r

Ces blancs dans le texte

Quitter la côte au café Esperanza                  tourner à gauche               monter                     dépasser la maison du chevrier                 la propriété des Anglais                        l’ancien moulin        la casa de Adolf y su hermana                    lunettes de soleil           les murs sont d’une blancheur éclatante       le cimetière et les trois bancs            plus Continuer la lecture Ces blancs dans le texte

Le violoncelle oublié

Un violoncelle          posé là          silencieux          fondu dans le décor         pauvre carcasse abandonnée au néant         condamné au mutisme          toute musique abolie                  ravalée        avortée         ses quatre cordes inertes        son archet endormi              il gît là          en Continuer la lecture Le violoncelle oublié

Plein lac

flottant sur l’eau             soie dense           extraordinairement profonde            portés par l’eau            nos corps           allongés     infinis           étirés     en étoile              ruissellement sombre           nos corps        brusquement  redressés        Continuer la lecture Plein lac

Ma tante

seize      seize      heures      seize      heures      mercredi      seize      heures      mercredi      je      seize      heures      mercredi      je      franchis      seize      heures      mercredi      je      franchis      le      seuil      seize      heures      mercredi      je      franchis      le      seuil      de      la      maison      seize      heures      mercredi      je      franchis      le      seuil      de      la      maison      de      retraite      seize      heures      mercredi      je      franchis      le      seuil      de      la      maison      de      retraite      Notre-Dame      seize      heures      mercredi      je      franchis      le      seuil      de      la      maison      de      retraite      Notre-Dame      qui      surplombe      seize      heures      mercredi      je      franchis      le      seuil      de      la      maison      de      retraite      Notre-Dame      qui      surplombe      l’océan            comme      chaque      mercredi et     et     comme     et     comme     chaque     et     comme     chaque     mercredi     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     jusqu’à     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     jusqu’à     me     poursuivre     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     jusqu’à     me     poursuivre     dans     l’escalier     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     jusqu’à     me     poursuivre     dans     l’escalier     qui     conduit     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     jusqu’à     me     poursuivre     dans     l’escalier     qui     conduit     à     la     chambre     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     jusqu’à     me     poursuivre     dans     l’escalier     qui     conduit     à     la     chambre     de     tante     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     jusqu’à     me     poursuivre     dans     l’escalier     qui     conduit     à     la     chambre     de     tante     Marie-Thérèse          morte     en     vie morte    en    vie    morte    en    vie    assise    morte    en    vie    assise    droite    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    dans    la    chambre    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    dans    la    chambre    et    à    cet    instant-là    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    dans    la    chambre    et    à    cet    instant-là    elle    ne    peut    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    dans    la    chambre    et    à    cet    instant-là    elle    ne    peut    que    regarder    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    dans    la    chambre    et    à    cet    instant-là    elle    ne    peut    que    regarder    les    contrevents    rouges    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    dans    la    chambre    et    à    cet    instant-là    elle    ne    peut    que    regarder    les    contrevents    rouges    ouverts    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    dans    la    chambre    et    à    cet    instant-là    elle    ne    peut    que    regarder    les    contrevents    rouges    ouverts    à    l’espagnolette    de    ses    yeux    d’oiselle de   ses   yeux   d’oiselle   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   qu’une   fois   encore   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   qu’une   fois   encore   je   la   pose   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   qu’une   fois   encore   je   la   pose   sur   le   rebord   de   la   fenêtre   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   qu’une   fois   encore   je   la   pose   sur   le   rebord   de   la   fenêtre   juste   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   qu’une   fois   encore   je   la   pose   sur   le   rebord   de   la   fenêtre   juste   pour   qu’elle   étende   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   qu’une   fois   encore   je   la   pose   sur   le   rebord   de   la   fenêtre   juste   pour   qu’elle   étende   ses   jambes   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   qu’une   fois   encore   je   la   pose   sur   le   rebord   de   la   fenêtre   juste   pour   qu’elle   étende   ses   jambes   au-dessus   de   l’océan Vannes 16 septembre – 17 septembre 2019 Xavier Guesnu