# Chantiers Tout ce qui coule

Merci à celles et ceux qui passeront voir. Merci à celles qui ont participé à mon chantier depuis leur lecture attentive, leur retour et leurs questions, Clarence, Nathalie, Catherine… Gratitude. Voici la dernière mouture, celle du jour…

A propos de Anne Dejardin

Pas sortie de l’enfance après 59,99999... ans (mise à jour +2) / mais j’ai bon espoir Pas perdu l’accent de mes origines / mais j’ai bon espoir Pas fait grand-chose de ma vie, à part deux enfants et deux livres / mais j’ai bon espoir Formée à Aleph, anime depuis 15 ans un atelier d’écriture mensuel avec des mots adultes qui ne sont pas toujours les miens / mais j’ai bon espoir Créé un blog pour vendre « La vie en face... ne vous déplaise », qui ne cartonne pas vraiment / mais j’ai bon espoir Écrit un livre sur le bonheur et n’y ai pas compris grand-chose / mais j’ai bon espoir Tenté de composer une bio pour sortir du confort de l’anonymat / mais j’ai peu d’espoir d’avoir réussi mon coup

8 commentaires à propos de “# Chantiers Tout ce qui coule”

  1. Bonjour Anne,

    Je viens d’achever ” Tout ce qui coule ”
    Foisonnement d’écrits, d’histoires, de pensées, de positionnements.
    Je retiens Miette, la femme et l’enfant et la Mer du Nord, dont j’ai souvenir à avoir déjà lu dans les textes.
    J’ai eu le sentiment qu’il y avait plusieurs histoires avec quand même des sujets centraux qui peuvent soit s’extraire ou s’inclure les uns dans les autres.
    Et un socle à partir de cette relation Miette, Madame, sa fille, le docteur mais peut être que je me trompe.
    On en parle quand tu veux, si tu le veux.
    Bon dimanche.

  2. j’aime ce beau titre (sans l'”avec” peut-être.. juste: Tout ce qui coule) et la récurrence de cette coulée tout au long du récit comme la symbolique forte qu’installent le rituel du jaune d’oeuf le matin, de cette machine à coudre-table d’écriture, du fort Frémalle tout au long du récit. je ne situe pas bien la place de Marie-Jeanne par rapport à l’auteur, que tu as rendu très présent(e) dans sa lutte contre la prégnance du chagrin et la difficulté à écrire le drame et en même temps, la nécessité vitale de l’écrire. Je me suis demandé ce que signifiait les passages en rouge…

  3. Qui trouve toute sa place dans les réflexions du zoom d’hier. J’aime la trace des questions intégrées aux flux, c’est aussi la beauté d’un chantier. Cette écriture en expansion(en rhizome)voire en débordements qui semble t’appartenir . Merci Anne

  4. Je ne peux pas lire tout ça, mais pour les quelques passages pris au hasard cela a l’air bien écrit. Je ne suis pas un super fan des histoires familiales, (même quand c’est Marcel Proust), mais j’ai vu dans votre note d’auteure que c’est écrit pour vous, donc je suppose que ça vous convient. En tous les cas l’association atelier d’écriture / votre histoire a l’air de bien fonctionner ! Peut-être en faire un film, à la suite du thème de l’atelier actuel ?

Laisser un commentaire