depuis mon lit; je vois

je suis enfoncé dans mon lit, je ne peux plus sortir de cette spirale infernale de couette moelleuse; tout est trop agréable je vais succomber de bonheur; alors les heures passent, je met ma tète profond dans le matelas alors avec la pression de mon crane contre l’oreiller, je lévite presque. je peux faire pleins de choses ici; je les compte et le temps passe. les trois petits moutons sautent les haies, je me presse les yeux contre la couverture alors j’arrive a casser le toit de la maison qui se délite bout un bout comme les legos qui construisent la tour réceptrice d’ondes de tes rêves sauf que la je vois les étoiles. on est en bretagne, il fait nuit et j’ai cassé le toit dla baraque. j’entend des gens qui m’appellent d’en bas, mais je suis trop bien seul pour répondre, la couette m’emmitoufle de bras d’humains, je n’ai besoin de personne. j’entend des phrases aller et venir, des petits bouts d’trucs qui se collent; j’entend mon nom, je bouge pas, je regarde les radiations géométriques du soleil qui viennent se coller au vieux meuble. ça joue a hearthstone en 2v2, mage contre chasseur Maxime contre Malone, 3 tasses a remplir de café, une tartine vient de se faire étaler, le couteau est encore plein de confiture, 2 emballages de petite galette saint-michel rôtissent sous le soleil, une cuillère dans un verre de rien, maman sert le café le bout de texte de Malone trempe dedans, une trousse pleine de pastels et 2 cartes SD. Maman va bientôt partir aux courses; elle préviens mais elle est pas dans la game, c’est du 2v2, une affaire a régler entre lui et lui. je suis la toujours prescrit sous couverture j’entend tout; je ne vois rien; alors je peux tout imaginer. 2v3 Maxome contre Maline, 4 tasses a remplir de hearthstone, une tasse a tartiner, une couteau sans dents, 2 emballages d’air pur, des poulets qui rotissent sans soleil, Maman qui rote dans son sommeil, une trousse pleine de poivre et de pastis. j’ai plein de rêves différents qui ne s’accompliront que si je ferme les yeux. ça fait bien 4 heures que je erre dans ce lit; j’entend la porte se claquer. enfin seul; plus rien n’m’attend, je peux enfin me rendormir.

Laisser un commentaire