L’oubli d’une vie

Le fait que ma mère ait la maladie d’Alzheimer me fait me sentir extrêmement impuissante.

Le fait qu’elle se demande qui je suis à chaque fois qu’elle ouvre les yeux me fait me sentir étrangère à ses yeux et à son cœur.

Le fait qu’elle ne reconnaisse pas sa propre maison me fait devenir guide.

Le fait qu’elle ne puisse pas tenir une conversation plus de cinq minutes me fait faire des monologues .

Le fait qu’elle oublie peu à peu toute sa vie me fait perdre pied . Le fait qu’elle oublie qu’elle a été et qu’elle est encore mère me fait perdre mes repères .

Le fait que la gardienne de mes souvenirs emporte avec elle des morceaux de ma vie me déchire le cœur.

Le fait que ma mère soit malade me fait comprendre que je dois vivre une double vie.

Le fait que sa mémoire meurt me fait assister à un enterrement prématuré.

Le fait de lui dire que je l’aime ne sert plus à rien.

Le fait qu’il n’y ai que moi qui lui dise je t’aime est comme d’allumer un feu sous la pluie.

Le fait d’y penser encore et encore me fait moi aussi oublier qui je suis.

Laisser un commentaire