Photo de mots

Photo de mots

Photos de voyage.

Développées, mises dans des cahiers originaires du pays photographié. Légendées : accompagnées de dessins, de couleurs, de textes, de poésies.

Photo d’identité.

Photo impersonnelle. La plus éloignée de nous-même. Figée. Froide. Sans vie. L’apparence du vide. L’apparence et le vide.

Photos de paysage.

Photos prises sur le vif lors de balades. Un détail qui émeut. Un nuage devant le soleil. Un rayon qui s’échappe. Une volonté d’emporter l’instant. Déception de la représentation. Surprenante parfois : papillon ou libellule ? Appel à un ami : M. Zoom saura statuer. L’envie de capturer les instants pour ensuite les partager. Jamais postées. Jamais mises en ligne. Jamais dénaturées. Jamais commentées. Les revivre seulement avec ses proches.

Photos de naissance.

Un cornichon nu. Mais déjà habillé de dizaine de regards. Photos aussi intimes que publiques. Émerveillement sincère ou normé ? Ce n’est pas l’image qui est belle, ni même le sujet, mais l’événement qu’elle évoque.

Photos de classe.

Comme sorties d’une autre époque. D’une autre vie. Odeur de bouquets de crayons fraîchement taillés.

Photos de concert.

Jamais. Fragmenter la musique. Jamais. Devenir hermétique à la mélodie. Jamais. Pixéliser l’instant. Jamais.

Photos de Noël

Joyeusement colorées comme l’instant partagé kaléidoscope de chants de rires de poésie fragments de vie difficiles à capturer par l’image les mots le peuvent peut-être odeurs de clémentines musique froissement du papier qu’on déchire lumière guirlandes clignotantes ou flash de l’appareil un peu des deux sans doute