Tricks Clicks (1) #13

Post-scriptum : pour des raisons de confort de lecture, le texte a été coupé en 4, une partie publiée par jour, à la treizième heure précisément ; mais pour des raisons de lisibilité que vous devinerez facilement, il faudrait le lire d’un trait.

« Bonjour – je ne suis pas là – laissez-moi un message »

Z… ? C’est moi Z… t’es pas là… ? Je rentre juste du vernissage… je t’ai pas vue là-bas, t’y étais pas… ? T’es pas là… ? Bon, c’est juste pour te dire vite fait… tu sais, t’as raté quelque chose… pas pour le coup du petit spectacle, avec les petites mises en scène sur le thème de l’animal en soi dont on doit accoucher… ni la prestation de l’automate, déguisé en guerrier grec… je crois que j’ai pas compris grand-chose au truc… en fait j’ai même rien compris et c’était chiant comme la mort… normal, il a pas bougé d’un iota… ! Par contre côté buffet… la fiesta… ! une tuerie les petits fours ! et qu’est-ce qu’on s’est envoyé comme verres de vin… ! un petit Nuits-Saint-Georges, je te dis que ça… j’ai pas tout à fait mon compte, mais… ça devrait pas tarder… Bon, après je t’appelle pas pour te raconter comment la statue d’Achille, campée sur son piédestal, elle a même pas bronché quand les gars l’ont envoyé au fond de la piscine… il est resté droit comme un i quand ils l’ont empoigné… et même dans l’eau… il a flotté comme un bouchon… si ça se trouve il est encore au fond de l’eau… ! Bon tu vois, je te raconte quand même… c’est que… j’ai pas bu que de l’eau… Bref ! faut que je te raconte un autre truc à propos de notre petit collègue W… il se prendrait pour une femme… ! Bon, OK, c’est A qui me l’a rapporté… tu sais comme moi qu’elle est de la race de ceux qui se gorgent de ce que disent les autres pour mieux, « donc », les balancer à qui veut bien l’écouter… incapable d’inventer, « donc »… même pas l’eau chaude… et c’est ça qui m’attend après, tiens ! une bonne douche froide, parce que là je sens que ça commence à me taper dans les feuilles… et j’ai une de ces pépies… ! faut dire qu’avec ce que je me suis envoyé… le vin m’a confit la langue… ! Bon, et puis là, c’est pas A qui raconte, c’est moi… ! bientôt raide comme un iota… ! Donc, un jour, me disait A, je suis tombé sur une drôle d’image sur le poste de W… une sorte de photo noir et blanc sur laquelle on aurait dessiné… une femme nue… une femme nue de dos, assise… avec les mains appuyées au sol… un sol blanc comme neige… tout blanc, et qui se confond avec une paroi blanche aussi, qui a même pas l’air d’exister… c’est ça, comme si elle était assise sur rien la femme nue… sur une feuille blanche et dedans… avec son dos, ses fesses, ses bras et sa chevelure blonde… ça peut être qu’une blonde comme moi… tout couvert de dessins ou de signes… quelque chose comme des pictogrammes… peut-être des idéogrammes… c’était plutôt joli… étrange, mais joli… d’autant plus étrange qu’il me semble que cette image habite ma mémoire… mais je suis bien incapable de dire où et quand j’aurais pu voir quelque chose de semblable… en fait là c’est moi qui parle, c’est pas A qui me racontait sa vie… même si ça l’aurait pas dérangée… mais c’est vrai, quand elle m’a parlé de cette femme dans cet univers sans terre, ni ciel ni horizon, ça m’a parlé, mais… je me demande encore ce que ça veut dire… bref ! il y avait ce nu calligraphié, avec une couronne sur la tête aussi… dessous, une légende, que j’ai oubliée… et dessous encore, en seconde page, un texte… une lettre…

Laisser un commentaire