Tricks clicks (4) #13

Post-scriptum : pour des raisons de confort de lecture, le texte a été coupé en 4, une partie publiée par jour, à la treizième heure précisément ; mais pour des raisons de lisibilité que vous devinerez facilement, il faudrait le lire d’un trait.

« Et le truc, parce qu’elle en finissait pas, A, c’est pourquoi l’autre lui a plus écrit… pourquoi elle s’est arrêtée comme ça… sans se justifier en plus… ? – Ouais, et surtout pourquoi lui, je dis, il a continué… ? et si l’autre savait, quand il se sont rencontrés… Dieu sait où, Dieu sait quand et sur quel Site… qu’elle avait affaire à un mec… ? » Parce que c’est quand même un mec, W… bon, on peut pas dire qu’il soit taillé comme un hercule… ça serait même le contraire… mais quand tu le regardes bien face… son visage carré… ses cheveux en bataille… l’œil dur… un nez à pic… joues creuses et mâchoire de fer… barbe de repris de justice… une bonne tête à la Joe Dalton hirsute… ! bon… « Et si l’autre avait été mystifiée comme une cavette par une plaisanterie de mauvais goût… ? quand je te dis que c’est un mec… ! et puis c’est même pas dit que tout ça soit vrai tout ça… pourquoi il aurait pas tout inventé, hein… ? pourquoi l’autre, V, ce serait pas dès le départ son double… ? pourquoi tu te serais pas imaginé des trucs sans nom, hein… ? tout ça pour un trick click… ! » Si t’avais pu voir la tête de A… mais c’est vrai quoi, ça s’est déjà vu en plus, ce genre de farce idiote… et c’est sûrement beaucoup plus courant qu’on le pense… Diderot tiens… ! Diderot lui-même… quand il écrit à son ami Croismare, exilé je sais plus où… il pense le faire revenir à Paris… eh bien Diderot, d’abord il se fait passer pour une jeune religieuse… une vraie… que Croismare avait essayé de délivrer, en vain, du cloître où elle a fini ses jours… ensuite, c’est au tour de la soi-disant protectrice de la jeune fille… que Diderot a fait s’évader du cloître et recueillir par une bonne dame… avant de la faire tomber malade… et tuer… en donnant tous les détails de la maladie et des derniers instants de la jeune fille fantôme… et jusqu’à son trousseau : robes, jupons, chemises, corsets, mouchoirs, paires de bas, cornettes de nuit, liseuses de jour… comme une autre façon de détrousser la religieuse… de toute façon c’était déjà plus qu’une relique… bref ! de un : le coup de j’écris en me faisant passer pour une femme, c’est pas nouveau… de deux : A s’était faite avoir… de trois : par les temps qui courent… tiens c’est assez idiot, ça aussi, comme expression, non… ? bon, les hommes qui se prennent pour des femmes… qui voudraient être une femme… qui sont des femmes dans un corps d’homme… de mâle… des travs, des trans… au jour d’aujourd’hui… de quatre : A s’était faite avoir là où y a rien à voir… et moi avec de l’écouter… allez hop, circulez tout le monde… ! elle avait qu’à pas mettre son click là où il faut pas… et moi mon oreille dans sa langue… de cinq : en plus, y avait plus rien à boire… allez hop, circulez… ! « Mais si ! mais si c’est vrai… ! » J’y crois pas… ! A qu’en démord pas…. A qui m’en rajoute une couche… ! tu sais comme elle peut être, quand tu la mets en défaut… merde, je suis pas sortie d’affaire… ! et j’ai les feuilles en feu là, ça cogne là-dedans… ! je suis pas prête de l’avoir ma douche froide si je continue dans cette histoire sans nom… d’autant qu’elle en est venue, la vieille A, Dieu sait comment, à me raconter la vie d’un autre z.h.éros à guitare en bandoulière… merde… ! et ma langue en forme de pillow lava… c’est pas une douche, c’est mon hoplite que je devrais rejoindre au fond de la piscine… ah… attends, je vais me jeter une pinte d’eau fraîche… et puis non, direct les toilettes… j’ai le magma de soufflés, de feuilletés et de Nuits-Saint-Georges qui remonte… je crois que je vais les repeindre… les couleurs, ça va être la surprise… un bouquet de feu d’artifice, je sens… m’en veux pas si je t’invite pas pour le vernissage… !

Laisser un commentaire