Troisième page (l’étrange projet du carnet violet)

Un crayon papier et un, peut-être deux stylos billes noirs ont été utilisés sur cette page. Un ou deux parce que la couleur de certains mots écrits au stylo est plus foncée que d’autres. C’est peut-être un stylo unique, les stylos ne se ressemblent pas toujours, même s’ils sont toujours, dans le fond, les mêmes. Mais, plus foncée, plus claire, bien délimitée ou buissonnière leur marque sur la page peut varier mais lui le stylo il n’a pas changé.

La page est cornée dans son coin supérieur droit c’est à dire sur le coté extérieur. Le pli recouvre la totalité du demi petit carreau situé dans l’angle, du premier demi petit carreau voisin inférieur et du premier petit carreau voisin situé sur la même ligne; Il recouvre partiellement les deux petits carreaux situés dans le prolongement l’un vertical l’autre horizontal du petit carreau recouvert intégralement.

L’angle corné de la page est séparé du reste de la page par deux traits de stylo bille noir, l’un horizontal l’autre vertical qui forment un angle droit et ressemblent à une clôture de sécurité, un mur de séparation pour éviter que le monde ne pénètre par cet angle corné, cet angle presque détaché qui fragilise la frontière avec le monde du non-carnet. Une page de carnet ne peut pas accueillir toute la curiosité du monde du non-carnet. il n’y a pas de place pour d’autres petits carreaux sur la page, qui d’ailleurs ne sont pas tous occupés, pas de place pour des petits carreaux qui pourraient ne pas être parfaitement carrés en lignes bleues et de 5 millimètres sur cinq millimètres.

Le trait horizontal, approximativement droit, va de la première colonne en partant de l’extérieur de la page à la quatrième ligne qu’il dépasse d’un millimètre. Le trait vertical va de l’extrémité supérieure de la page à la quatrième ligne. Les deux traits se rejoignent donc (ou se séparent) au point de coordonnée ; quatrième ligne ; quatrième colonne en partant de l’extérieur plus un millimètre. Avec d’aussi précises indications, amener sa pelle et puis creuser, pour trouver un trésor ou s’échapper.

Les 4 premières lignes forment un ensemble qui parait cohérent tant sur la forme que sur le fond. Sur la forme parce que l’écriture au stylo bille noir semble identique sur ces quatre lignes. Sur le fond parce que les indications de chacune des lignes semblent être le prolongement logique de la précédente. Ainsi il est écrit sur la première ligne juin prendre RDV chez, puis sur la deuxième ligne Urside Emmanuel, sur la troisième pour sept octo nov dec et enfin sur la quatrième est noté un numéro de téléphone.

Après ce premier bloc est tracé un trait situé entre la 4e et la 5e ligne. ce trait débute à la deuxième colonne et se termine à la 13e (il y a 17 colonnes par page). Il forme une courbe qui s’affaisse légèrement jusqu’à la 7e colonne puis remonte jusqu’à la 13e sans arriver à la 4e ligne. Il s’arrête un demi carreau après le début de l’angle droit dessiné dans le coin supérieur de la page.

Immédiatement sous ce trait est écrit prendre RDV pour mais le mot qui vient ensuite est illisible.

Entre le 6e et la 7e ligne se trouve un M majuscule ou un mouvement de stylo bille sur la feuille pour s’assurer que le stylo a toujours de l’encre. C’est peut-être pour cela que la couleur varie. Peut-être qu’il n’y a qu’un seul stylo qui a vieilli

Un nouveau trait est tracé sur la 7e ligne. Cette fois il suit parfaitement la ligne du carnet de la première à la 11e colonne à partir de laquelle il dévie vers le haut jusqu’à la 15e colonne de la hauteur d’un quart de petit carreau. Ce paysage de lignes et de colonnes, ressemble à une ville américaine, bientôt nous arriverons sur la treizième avenue.

Sur la 8e ligne a été porté un petit trait traversé par la 2e colonne suivi de trois mots presque illisibles. Le premier semble commencer par la lettre p le deuxième mot est le seul qui se comprend c’est de et le troisième est complètement indéchiffrable, mais il se termine probablement par un g. Après ces trois mots non identifiables est écrit 4 mois suivi d’un slash puis d’un autre mot difficile à lire qui ressemble à mdoni ou peut-être cmdoni la troisième lettre est presque certainement un d et la seconde soit un m soit un n mais il n’est pas sûr que avant le d il y ait une ou bien deux lettres différentes. Un i est placé au milieu du mot puisqu’il y a un point qui se trouve au dessus d’une lettre et il y a probablement un l ou un autre d penché vers la fin du mot. Le texte s’arrête juste avant la dernière colonne.

Deux lignes plus bas, à l’intérieur d’une forme géométrique dessinée au stylo bille noir et semble-t-il à main levée qui n’est ni tout à fait l’ovale ni tout à fait rectangle et qui ressemble à une truffe de chien vu de face ou à un van vu de profil, est écrit fin sept. Le f déborde sur la 9e ligne de même que le t.

Sur la douzième ligne est écrit 19 septembre 17h45. Les 3 e ressemblent à des i et le petit trait incliné du deuxième chiffre 1 est détaché du grand trait principal et donne presque l’impression d’être un accent à la fin du mot septembre comme si était écrit septembré.

L’horaire (17h45) est noté sur une plus grande hauteur que les lettres de septembre et dépassent la ligne immédiatement supérieure. Les chiffres 4 et le 5 dépassent la ligne douze par le bas et la ligne onze par le haut. L’inscription de l’horaire semble plus marquée que celle de la date.

Un millimètre au dessus de la treizième ligne un trait longe la ligne sans être pour autant très droit comme un enfant qui suivrait ses parents en partant de la moitié du premier carreau complet pour se terminer exactement à la 16e ligne.

Entre le quinzième et la quatorzième ligne en partie au crayon papier en partie au stylo bille noir est écrit Dany Friedland. A cheval sur la quatorzième ligne une numéro de téléphone. Dany est entièrement écrit au crayon papier tandis que les 4 premières lettres de Friedland sont écrites au stylo bille puis les d et l sont écrits de nouveau au crayon papier alors que les trois dernières lettres and sont écrites au stylo bille. Une observation plus attentive permet de voir que les 4 premières lettres ont aussi été écrites au crayon papier, par conséquent il est vraisemblable que le prénom et le nom aient d’abord été écrits au crayon papier mais que dans un second temps ai été utilisé un stylo bille sur la fin du nom et sur son début. Mais pourquoi n’avoir pas dans ces conditions réécrit tout le nom en entier au stylo bille noir?

sur la seizième ligne est écrit dans une écriture assez fantaisiste et zigzagante 22 juin 18h15. la boucle du mois de juin déborde sur la 17e ligne tandis que le h de 18h15 parait écrit sur la 15e ligne donc celle du dessus. Seul le 15 est tranquillement installé entre la 16e ligne et la 15e ligne. Le 1 de 15 est représenté par un seul trait vertical tandis que le 1 de 18 est construits par deux traits qui se croisent et ressemblent autant à une croix qu’au chiffre un.

Deux lignes plus bas , cette fois au crayon papier, est écrit 6 juillet puis au stylo bille noir 18h puis denouveau au crayon papier 15 mais il semble bien cette fois que le 18h écrit au stylo noir l’a été par dessus un 18h écrit d’abord au crayon papier. le 1 de 18 ressemble cette fois uniquement à un chiffre 1 c’est à dire deux traits qui se rejoignent sans se croiser l’un le plus court présentant une inclinaison d’une trentaine de degré tandis que l’autre est parfaitement vertical.

De cette lecture il semble que des rendez-vous ont été fixés avec Dany Friedland les 22 juin et 6 juillet tous les deux à la même heure 18h15 et plus précisément, si ces rendez-vous ont bien eu lieu en 2016, ils doivent correspondre à deux mercredis, mercredi 22 juin 2016 et mercredi 6 juillet 2016.

Sur la 21e ligne est écrit au stylo bille noir Urside puis sur la 22e ligne 16 09 2016 18 heures, puis deux lignes plus bas 15 10 16 11 heures. Sur la ligne suivante 19 111 16 (l’erreur sur le mois de novembre est reproduite telle qu’elle apparaît sur le carnet) et deux petits carreaux plus loin 11 heures. Sur l’avant-dernière ligne est écrit 17 12 16 suivi avec un espace de deux petits carreaux de 11 heures. Les chiffres 16 et 11 de ce dernier rendez-vous ont semble-t-il été tachés probablement par de l’eau et font apparaître une couleur entre le jaune le violet.

Au total sur ce carnet semblent avoir été noté six (ou sept) dates de rendez-vous.

3 commentaires à propos de “Troisième page (l’étrange projet du carnet violet)”

  1. Salut les stylos et les crayons
    … Magnifique balançoire. ça monte, descend, tourne et retourne et ça arrive sur la treizième avenue. Magnifique acuité visuelle (bien mieux que l’examen chez l’ophtalmo et bien plus amusante). Gymnastique pour l’oeil et l’esprit qui se représentent les surfaces. Marraine applaudit et dit « bravo » !…

Laisser un commentaire