< Tiers Livre, le journal images : la charogne & McDonald's

la charogne & McDonald’s

Longtemps que je n’étais pas passé devant la gare de Tours en voiture, ou bien il s’agit d’un feu rouge : je n’avais jamais vu que Balzac et Baudelaire étaient devenus des objets d’appel pour McDonald’s. Hamburger roman ou frites poésie ? Logique d’image, appel à agence extérieure qui leur dit que ça ferait culture ? Après tout, la maladie est peut-être encore plus grave : ils se souviennent si peu de la poésie et du roman, que cela leur semble une image exotique, lointaine et attractive. Baudelaire c’est la charogne : c’est cela qu’ils veulent dire, chez McDonald’s ? Balzac, c’est la bouche malade dans laquelle il reste trois dents, et le ventre piriforme de trop manger n’importe comment à n’importe quelles heures : c’est ce qu’ils veulent dire, McDonald’s, à nous prendre nos maîtres ? Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
Comme afin de la cuire à point
, proclame en gros McDonald’s sous le portrait de Baudelaire.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 2 juin 2011
merci aux 939 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page