2019.07.20 | restaurant La Halte


précédent _ suivant

Il y a des lieux qui pourraient être tout droits sortis d’un Simenon. Peut-être sont-ils juste sortis de notre mémoire inconsciente de la N 10, quand on montait de Civray à Paris, vers 65-70, et que tout devait être de cette façon au signe près sur la bâtisse. La renommée de ces « Les Routiers » tient à l’étendue du parking blanc, non bitumé, qui l’entoure et où les camions s’assemblent en troupeau le midi. Et ça, ça n’a pas changé. Des lieux dont on a l’impression qu’à entrer et traverser la salle on reconnaîtrait tout, sans même y être jamais entré. Probablement c’est faux. Probablement qu’à s’y arrêter, la déco, les visages, et comment les voix qui vous accueillent, on serait juste dans cette sorte de vague (et très limité) émerveillement d’un fragment de réel non construit d’avance, mais qui s’assemble exactement comme il doit s’assembler. Mais sûr qu’à le faire ensuite je taillerais la route, pour le plaisir de la route, plutôt que revenir à notre petit festival, perdu dans la campagne juste à l’embranchement qui donne sur La Halte. Combien de siècles La Halte dominera-t-elle de façon hautaine la route de tous les dangers, maison forte qui protège, dans la nuit du carrefour ? Le silo seul peut-être à la réponse.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 20 juillet 2019
merci aux 140 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Nous avions soudain choisi de suivre pour partie le chemin de vélotaf de l’amie Anne, laquelle s’est mise à la video de trajets depuis peu, au vélotaf depuis plus.
    C’était au long de la Seine et longeant des parcs, plus rarement des zones d’habitations, puis voilà une zone industrielle avec toutes sortes de panneaux menaçants qui semblaient nous dire qu’on allait plus avant à nos risques et périls.
    C’est là qu’était ce vieux bâtiment, qui avait dû en connaître, lui des risques et des périls mais était toujours là, et semblait en fonction.
    Pour quel usage ?

    Voir en ligne : Sur sa route (Anne’s vélotaf)

  • on fait une pause parfois dans les locaux de cette enseigne - les hors d’oeuvre sont à volonté, le plat du jour fromage ou dessert, café le tout pour 14 e - on boit de l’eau quand on conduit - on se gare là (personne que cette caravane et une camionnette de livraison - entre midi et deux - on arrive plus vers 2 - il y a là vingt camions, quelques remorques deux ou trois voitures) il y a une terrasse derrière s’il fait beau - on passe, on mange, on s’en va c’est juste comme ce doit être - plus loin, vers le nord, l’autoroute qu’on ne prend plus