2019.07.26 | rien que des amitiés Facebook, quoi

billets précédents, ou
une autre page du journal au hasard  :
dévastée l’enfance

Encore trop dans la colère et le dégoût d’avant-hier, et cette envie de rétractation, de carapace à reconstruire. On voudrait des signes neufs. Pourtant il y en a, dont je ne parle pas forcément dans le flux images. Le premier, ça remonte à la toute fin avril, ces 2 jours à la prépa arts d’Évry, et la joie de rencontrer Franck Senaud, avec qui on échangeait déjà sur Facebook, et qui fait travailler les étudiants sur l’approche esthétique urbaine, évidemment affinité. Franck me demande si je voulais bien qu’on échange quelques questions réponses pour sa revue en ligne Préfigurations, accord évidemment, et la première question arrive 48h plus tard, sauf que là, deux mois plus tard, on en est à 130 pages d’entretien, sans jamais sensation d’effort : peut-être pour ce qu’on a en partage, depuis la pratique et non la décortiquerie universitaire ? C’est bizarre l’idée d’avoir écrit un livre sans s’en rendre compte — à suivre. L’autre, c’est le trouble qui m’avait pris à découvrir qu’un (jeune) écrivain, Antonin Crenn, était en résidence à Luçon et publiait sur son blog ateliers et rencontres, y compris à Saint-Michel en l’Herm, où j’ai vécu jusqu’à la 6ème, et donc où me ramènent sans arrêt les rêves et réminiscences d’enfance. Quelques traces ici sur le site, mais peu. Alors ça a commencé par quelques commentaires sur Facebook (dans les deux cas, commence sur Facebook une aventure d’amitié qui vous rejoint au plus central, quelle misère ces crachats en permanence, dans la presse, sur les réseaux, quand tout tient à l’usage qu’on en a). Et voilà que non seulement Antonin me propose de participer en octobre au livre qui sera la trace de cette résidence, mais que ses mandants m’invitent à venir passer quatre jours dans ces lieux qui en moi sont restés ce qu’ils étaient il y a un demi-siècle et quelques bourouettes. Ça me trouble profond, la perspective de ce séjour, alors que ces lieux qui me sont complètement au présent le sont dans le mental, que j’ai une peine infinie à franchir ces quelques dizaines de kilomètres. Quand Antonin me demande un titre pour mon texte, je réponds sans trop réfléchir « venelles du temps », les venelles étant ces ruelles cernées de mur qui permettent de parcourir l’ensemble de la vieille île en son pays de vent, où les rues sont venues bien plus tard. Le film que je vois ne se déplacerait que dans l’étroitesse de ces venelles et passages, comme c’est dans ma tête. Je sais avec précision les endroits où j’irai : parce qu’ils n’ont pas changé, portent trace des mains, des pas, des morts ? Je rouvre Google Street View, mais je l’ai déjà fait 30 fois : la Google Car n’a arpenté que les rues principales, et pas ces venelles qui sont la carte des rêves. Elle n’a pas approché du cimetière, où je connais encore tant de noms, et où nous avons récemment dû procéder, pour les nôtres, à une réduction des morts. Et la petite maison qu’on habitait avant 1964, demander l’autorisation pour y filmer 20 minutes, ou sauter le mur au fond du jardin comme la dernière fois ? La caméra de la Google Car, posée haut sur le toit, est plus élevée que notre tête (enfin, d’un homme moyen) : un copain, Mathias Domahidy, me dit que je devrais tout filmer à ras du sol, comme je le voyais. Donc aujourd’hui c’est du Street View rafistolé qu’ici j’embarque. Faudra juste changer d’angle.


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 26 juillet 2019
merci aux 213 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • C’est formidable ce qui se construit. A hauteur de rémanence ou autrement, va-z-y ! Ça va être passionnant

  • (recherche des anciennes images : ici c’est Rome été dix) (les projets sont au point mort - c’est une jolie expression automorphique) (il y avait des canapés autour du canapé rouge, une planche à roulettes, du champagne, des rires - un carnet dédié à Rome (c’est pour ça dirait Dupieux) - un livre monographique sur l’espèce faucon, la préparation de la soutenance, du piano, les murs blanc rouge bleu - la joie de vivre et les rires en entendant un type en bas dépiauter un climatiseur)

  • j’ai oublié il y avait aussi des photos encadrées - des pastèques des carottes des radis de l’houmos et les rires des enfants - fin juillet, au loin les travaux, les bricolages, les jardinages et les vacances - je ne voudrais pas mourir

  • Anne m’a donné envie d’aller voir le documentaire au sujet de Daniel Darc, je n’ai pas trop le temps même si ces jours-ci je ne travaille pas en librairie, mais irai quand même.
    Aux abords du cinéma, un des seuls à le passer le matin, je vois ces affiches qui le concernent et alors que je les prends en photo. L’homme qui passait devant se retourne revient sur ses pas, lit, reste pensif puis repart.
    Était-il lui aussi "de ce temps-là" ?
    Je n’en reviens pas, en ce moment, d’à quel point le passé si frais en ma mémoire puisse être déjà "Il y a longtemps". Peut-être que ça me passera ; ou que ça sera de pire en pire à mesure du vieillissement.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document