2020.05.20 | marche vers l’idole


précédent _ suivant

L’appareil-photo est sur la table, mais l’agenda est blanc jusqu’à novembre, et pas plus bougé depuis 10 jours que dans les 9 semaines qui ont précédé.

Se juxtaposent deux questions :

- l’une concerne l’image — la narration vidéo est sans doute plus forte, plus prenante, et j’aimerais retourner dans ce lieu précisément, avec la stabilisation et la 4K du GH5, pour refaire exactement les mêmes images dans le même trajet, mais dans la narration implacable du trajet reconstitué ;

- avec immédiatement un corollaire : ces images datent du 30 août 2007, elles ont été réalisées avec un petit bridge Lumix bien moins performant que mon Lumix GH5, et pourtant elles me sont suffisantes, tandis que la spécificité technique des images vidéo ne m’aurait pas été accessible alors, et même les vidéos d’il y a 2 ans, moins de stabilisation, moins d’expérience moi-même pour régler l’appareil, elles ne sont jamais réutilisables une fois le montage (d’ailleurs j’élimine les rushes, alors que je stocke les photos) ;

- et corollaire au corollaire : les fonctions de navigation de ce journal, incrément temporel, texte écrit, mots-clés par thèmes et lieux, navigation au hasard, fonctions précédent et suivant, le rendent en permanence exploitable, tandis que la vidéo se perd dans l’accumulation des 1600 autres, sauf dans l’enclosure précise de mon disque (reproductible, diffusable à l’unité) Memory Motel ;

- enfin, l’autre volet de la question, non pas sur l’image mais sur le sens : balayant rapidement ce matin mes archives, en quête de tout autre chose, je retombe dans les 100 000 archivées par dates depuis 2003 sur cette série de 15 images donc effectuées le 30 août 2007, j’ouvre l’agenda du Mac et je remonte par années à cette date, je trouve une vague indication (« France 24 » [1]), mais sans rien retrouver qui concerne lieux, heures ou personnes) ;

- et c’est le point d’arrivée : j’avais réagi au lieu vide, normalisé, aseptisé, bien avant de tomber sur l’écran bleu avec ce seul mot BUSINESS placé en tabernacle, oratoire, lieu même de l’idole — pourtant, c’est grâce à ma pulsion plus ou moins rationnelle (rien d’autre n’a été documenté de la journée, ni trajet ni lieux ni gens) de faire cette série purement géométrique que l’écran bleu BUSINESS est à son tour devenu narration ;

Et moi aujourd’hui à 12 ans de distance c’est cela qui me requiert : après ces 9 semaines, l’idole a plus que jamais été rétablie sur son socle, et on n’en veut pas — aurions-nous raté même ce coup-là, ce coup-là aussi ?

 

 


[1C’était sortie de mon livre sur Led Zeppelin, donc probablement une de ces émissions soi-disant littéraires de ces médias tout lisses, soit vers les implantations télévisées du bord de périph où elles sont toujours, soit dans un immeuble de bureaux des quais de Seine à cause des travaux dans la Maison de la Radio ? Ces médias continuent leur flux lisse et insipide, mais même lorsque c’est vous-même qu’ils exhibent pas possible d’en faire mémoire.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 20 mai 2020
merci aux 336 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page