art de la vitrine


Chaque auteur invité à la fête du livre de Bron (on s’y retrouve ?) dispose d’une vitrine de 10 livres, à condition qu’il les ait lus dans l’année. L’exercice est difficile. Ne tricher qu’à peine : jouer quand même.


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 14 janvier 2008
merci aux 898 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Ma liste de 10 : Andrzej Stasiuk, Sur les chemins de Badabag, Christian Bourgois.
    Philippe Vasset, Un livre blanc, Fayard.
    Frédéric Boyer, Les Aveux, traduction de St Augustin, POL.
    Robert Walser, Nouvelles du jour, Zoé.
    Marguerite Duras, La mort du jeune aviateur anglais (in Ecrire), Folio.
    Pierre Bergounioux, Carnet de notes 1 et 2.
    Martine Sonnet, Atelier 62, Le temps qu’il fait.
    Nathalie Léger, Vies silencieuses de Samuel Beckett, Allia.
    Christophe Tarkos, Anachronisme, POL (relecture).
    Achèvement de la lecture intégrale des 3 tomes Pléiade de Michaux. Il y a aussi la liste de tous ceux que j’aurais pu joindre. La liste de ceux que j’ai moi-même publiés. La liste de ceux que j’ai reçus et lus. Ou les 35 pages du Moondog de Pierre Hild etc...

    Voir en ligne : TL

  • je ne suis pas auteur, j’irais pas à bron mais je laisse quand même :
    l’oeuvre au noir margo yourcenar folio
    les nouveaux blessés catherine malabou bayard
    les vivants et les morts gérard mordillat ivre de poche (pas lu, mais cadeau de noël : je le remets l’année prochaine)
    les 3 tomes de l a destruction des juifs d’europe raul hilberg folio (j’ai pas fini mais je m’accroche)
    travailler peut nuire gravement à votre santé annie thébaud-mo
    michel villette catherine vuillermot la découverte
    la farce des damnés antonio lobo antunes points seuil
    atelier 62 martine sonnet temps qui passe (en janvier, j’ai pas fini, mais j’ai commencé l’année dernière sur remue net)
    à l’aveugle claudio magris gallimard arpenteur
    ces messieurs de lazard martine orange albin michel
    charonne 8 février 1962 alain dewerpe folio

    stendhal, balzac et bon : c’est - ce sont- des classiques (! le flatteur : relire le corbeau et le renard...)

    duras beckett et d’autres amis de théâtre
    la musique aussi
    dommage pour le ciné...
    tout ça est fort mélancolique, il me semble

  • Gémissement arrêté recouvert de silence. C’est ce rien que j’écoute, longtemps. S’emparer du vertige fugitif où nous nous laissons prendre aux images.

    Voir en ligne : TEARS DRY ON THEIR OWN

  • mais les 10 de ma vitrine seraient Un livre blanc Philippe Vasset Fayard Petit éloge de la douceur Stéphane Audeguy Folio 2€ Paris capitale du XIXe siècle Walter Benjamin Carnets de L’Herne Le tombement Daniil Harms l’Engouletemps De la destruction comme élément de l’histoire naturelle W.S.Sebald Traces Ernst Bloch 1937 Paris-Guernica Thierry Beinstingel Carnet de notes 1991-2000 Bergou Le lit de la mer Michèle Desbordes nrf Et chaque lent crépuscule Wilfred Owen (poèmes et lettres de guerre 1916-1918 traduits de l’anglais par Xavier Hanotte)Le solitaire Jacques Muron François Bon Deyrolle éditeur Paysage fer (relu et annoté samedi après-midi)La stratégie des antilopes Jean Hatzfeld et Dans le nu de la vie Jean Hatzfeld Les veuves de la Grande Guerre D’éternelles endeuillées Stéphanie Petit éd. du Cygne.
    Pas encore lu ni commandé Abadôn ni La loi des rendements décroissants ni Atelier 62. Lu une vingtaine de textes sur la soixantaine de publie net dont le premier Désordre Philippe De Jonckheere.

  • James Baldwin : Another country ; Don DeLillo : Outremonde ; Malcom Lowry : Au-dessous du volcan ; Richard Powers : Le temps où nous chantions ; Jayne Anne Phillips : Billets noirs ; Augusten Burroughs : Courir avec des ciseaux ; Pauline Guéna : Pannonica ; Antonio Lobo Antunes : N’entre pas si vite dans cette nuit noire ; Sophie Maurer : Asthmes ; François Bon : Bob Dylan.

    Voir en ligne : Kill Me Sarah

  • oublié quelle honte Bob Dylan une biographie François Bon Albin Sous le néflier Jacques Serena Minuit Jeanne Darc Nathalie Quintane P.O.L. Quand les murs tombent Glissant et Chamoiseau éd. Galaade.

  • Croisé l’homme aux bergers allemands. Sans un regard seul l’aboiement.

  • parce qu’on le doit à la vérité et à l’auteur concerné, dans la vitrine mettre aussi manière d’entrer dans un cercle et d’en sortir et puis Nous devons attendre que le jour se lève, tous les deux de Pascale Petit. Décidément, choisir c’est éliminer et quand on veut tout (tous les livres qui comptent) ? en même temps se dire qu’il y en a qui aimeraient avoir cette préoccupation du choix des livres à citer et pas la seule préoccupation survivre et récupérer des pièces détachées au risque de sa peau. P...de monde !

  • même avec cette contrainte, quelques difficultés à limiter, bien plus de 10 ont compté. Plus ou moins dans l’ordre d’apparition calendaire :
    - "Les adolescents troglodytes" Emmanuelle Pagano ;
    - "A l’abri de rien" Olivier Adam ;
    - "Le grand jardin" Francis Dannemark ;
    - "Conversations avec le maître" Cécile Wajsbrot ;
    - "Pome" Marie Desplechin ;
    - "La vie rocambolesque et insignifiante de Brad-Pitt Deuchfahl" par lui-même (!) ;
    - "Flic" Bénédicte Desforges ;
    - "La saga des émigrants" Vilhelm Moberg (au lu du seul tome 1, pourvu que la suite tienne ses promesses) ;
    - "L’amour est très surestimé" Brigitte Giraud ;
    - "Incendiaire" Chris Cleave.

    et zut déjà 10.

    Voir en ligne : traces et trajets