2009.06.06 | quitter Montréal (chaque semaine devoir)


Séries régulières de radiales villes, se forcer à. 167 images exactement dans les 40 minutes du bus qui va tout droit du "vieux" centre (?) à l’aéroport au nord-ouest de la ville. Il faut que la lumière soit complice. Et le bunker sombre du Hilton revenu à la normale, sans même savoir (que moi) qu’il est aussi un livre.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 6 juin 2009
merci aux 589 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Quittant Montréal un soir de novembre en novembre, cette fois, 2000. A l’aéroport, tomber sur Zazieweb, boire un verre en attendant de déneiger l’avion qui sinon, restait cloué au sol, gelé. Avoir passé trois jours à Montréal, dont la moitié sous terre, et avoir eu trop chaud dans ce drôle d’air climatisé, tellement chaud que le besoin d’air froid s’est fait sentir. A la recherche d’une sortie dans ce dédale, des inconnus viennent vers moi : "On peut vous aider ?" "Je voudrais de l’air." "Mais vous parlez pointu ! Alors on est cousins, moi je suis d’origine française et ma femme du Liban. On vous emmène dîner avec nous, d’ailleurs on est de sortie, tantôt." On a dîné, ri. Dans cette chaleur, on a eu froid, c’était le seul soir où je ne parlais pas de livre ni de numérique, c’était bien.

    Voir en ligne : quittant montréal le soir