< Tiers Livre, le journal images : élagueurs

élagueurs

Finalement, j’ai installé mes écrans devant petite fenêtre sur rue. Mais hier la rue était aux élagueurs, une équipe de trois, un qui monte aux arbres encordé comme un alpiniste, les énormes branches qui tombent sur le trottoir, une fille avec deuxième tronçonneuse pour couper branches secondaires, et tout ça enfourné dans une broyeuse rugissante projetant sa poussière dans l’arrière du camion. Rien de spécial, sinon que ces stratégies de branches et feuilles et flux broyé ça rejaillit sur l’autre côté de la fenêtre, à bricoler les arborescences du site. Le gars m’a demandé si ça me convenait, la coupe : encore bien du mal à comprendre le québécois oral, aussi socialement stratifié que l’usage populaire du berlinois ou du londonien. Lui ai dit qu’on était trop récent occupant de la maison, qu’on lui faisait confiance, et l’équipe est partie à l’arbre suivant. Je n’ai pas osé faire une photo. Ce serait un peu naïf de dire qu’on est surpris, chaque jour, à ce contraste de société organisée et mécanisée à l’extrême, et ce qui tient de l’intervention humaine à muscles et huile de coude – je n’aurais pas tenu deux heures, à faire ce qu’ils font.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 26 août 2009
merci aux 530 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page