importances


Que les choses importantes ne sont jamais là où on croit, et ne se présentent jamais dans l’ordre qu’on croit. Comme, dans le désordre, apprendre à conduire avec juste le pied droit et ces fichus feux rouges de l’autre côté de la rue, rencontrer un gars de son âge indien comme pas possible d’être indien de la vie de bois et que ça dure 2 heures d’une intensité qu’on passerait pour naïf à vouloir la raconter. Qu’on n’est pas guéri encore de la collection mentale des façades de Motel sur la 138 et des calandres de camions qu’on croise comme s’il n’y avait que ça d’important à regarder. Qu’on ajoute à la collection de cette langue qui fait semblant de ne pas jouer avec l’anglaise mais se laisse attraper du dedans à pleins pans : correct ? Et même qu’aux Escoumins il y a un directeur de funérailles qui fait sa publicité dans les journaux locaux ça te dérange pas, là ?


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 31 août 2009
merci aux 380 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages