< Tiers Livre, le journal images : littérature étrangère

littérature étrangère

Bizarre évidemment, d’un livre écrit sans préméditation à partir du souvenir, en novembre 2008, de ces rues souterraines de Montréal, et achevé en mars 2009 en revenant dans ces mêmes espaces souterrains de déambulation perdue, d’y trouver soudain, ce jeudi 17 septembre, le livre paru – dans une librairie installée, place des Arts, « complexe Desjardins » dans un de ces mêmes espaces, juste en face l’entrée, en pile qui me fait honneur. Que signifie, ici dont nous partageons la langue, d’être classé littérature étrangère ? Un des points que j’ai du mal à comprendre, d’autant que la première conséquence c’est qu’on se retrouve parmi les Américains traduits des USA, qui ici sont bien moins étrangers que nous, sauf la langue : et encore, la spécificité de Montréal n’est-elle pas d’abord, contrairement à Québec, ce parfait bilinguisme avec passage d’un monde à l’autre parfois dans la même phrase ? Il n’y a qu’à écouter des passants s’engueuler dans la rue : c’est trois langues, qu’il leur faudrait.


LES MOTS-CLÉS :
François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 19 septembre 2009
merci aux 650 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page