Kamouraska


Voilà : la photo, c’est Kamouraska (tout Kamouraska ?).


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 5 avril 2010
merci aux 340 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Ce sont des bancs où sont assis d’autres bancs ?

  • Pâques en flaques d’eau et vent dans les branches j’ai oublié le reste. On a décidé d’aller voir la mer fin avril et puis La Baule me manque parfois.
    Raconté l’histoire de George Jackson et de la prison d’Attica, il y a des histoires parfois derrière la musique, ou plutôt il y en avait, ça a disparu un peu, le monde qui se dilue peut être.

    Voir en ligne : KMS

    • Merci KMS pour ce que tu as pris le temps de nous raconter là. N’en avais plus que de très vagues souvenirs, vu d’ici c’était si loin et puis ce n’étaient pas des choses dont on parlait aux enfants blancs, n’est-ce pas (surtout les petites filles).

      Voir en ligne : traces et trajets

  • Tandis que les mauvaises nouvelles s’amoncellent, côté Education Nationale, une échappée ce matin au théâtre du Châtelet où ils sont trois cents écoliers à répéter des airs de comédie musicale. Drôle, stimulant, précis, le chef de choeur me fascine...

  • ils étaient là tous les deux, face à la fenêtre, en train de discourir sur les vertus et les vices du matin

  • en passant rue de Meaux, je me suis rendu compte que j’avais oublié mes lunettes au resto (trop bien, la promenade dans le parc), j’y suis retourné, en revenant, je voulais prendre une photo de martel, les deux types sont sortis et ont commencé à faire les pitres dans leurs blouses grises et jaune, une misère vraiment mais la photo n’a pas voulu sortir du tout - tant pis ; en face, des treillis rouges tiennent les murs : les voilà, ils sont comme ce que je fais (ma compta !), à toute force, ils empêchent le bazar de s’écrouler (en m’y remettant, là, je ne vois plus aucune écritures... y’avait 600 lignes, excusez du peu... la vache)