trous à livres


Mis 20 ans de ma vie dans un de ces trous ou l’autre. Maintenant, fatigué. Parti ailleurs.

 



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 14 avril 2010
merci aux 396 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • parfois, le monde refuse tout signe, toute ouverture, tout espoir... et d’autres jours, il s’éclaire...

  • elle :"non, mais moi ce que j’aime c’est aller dans une vraie brasserie, tu vois, pas comme ici, ça a l’air de quoi ici ?"
    moi : "pour aller boire un café avec des abrutis qui crient, des serveurs moisis qui te considèrent comme une merde, et payer 10 au lieu de quoi, ici, c’est 4, et la gentillesse de la vieille ? t’es folle ou quoi ?
    elle : "attend... regarde la nouvelle appli....!"
    On attendait un peu avant le consultation pour son dos, rue Brochant

  • Minuit, un froid de canard, un crochet pour ? la place est belle et, lui, Non merci, revenir un matin, celui du 9, un autre au 11.

    Voir en ligne Même si

    • #117 : parfois, ils ont l’air de souffrir de leur position de statue, pauvres bêtes...

    • Coucou Orsalia ! Contente de vous voir réapparaître, les amis du Petit Journal, c’est comme ça on s’inquiète quand ils s’absentent, par ici le printemps fait le forcing, il avait pris du retard alors tout fleurit en même temps, encore quelques magnolias et quelques camélias, les premières glycines, les premiers lilas, les dernières tulipes, le temps de tourner la tête les tilleuls ont leurs petites feuilles vert tendre... je crois bien que je n’avais jamais vu ça, ou alors j’avais la tête ailleurs.

    • Salut Elise !
      Je vous observe silencieusement tous ! Parfois on laisse le dialogue se derouler sans faire des interventions ; c’ est aussi un plaisir.
      Tout a l’ heure je suis passee devant mon fleuriste. J etait prete a tout achete, mais j ai pense a la crise economique et les fleurs ont soudainement perdues leurs couleurs. Une sorciere a vole la magie de printemps en Grece son nom "Goldoman Saxs".

    • C’est chouette de te retrouver, tu es signe de chaleur, de convivialité ; immédiatement des images de ces collines couvertes d’eucalyptus et de filets à oliviers, de ces petites chaises peintes en bleu où l’on sirote l’ouzo sous les tonnelles, de ces pierres incomparablement taillées et érodées, de ces sentiers escarpés ; oui, je sais je fais dans les clichés et c’est loin d’être rose pour vous et la pilule est amère en ce moment ; on te souhaite un bon retour , tu vas nous raconter un tas de trucs...amicalement Anne-Marie ....et des bisous à tes filles
      PS, beaucoup d’entre nous sont groguis par cet hiver interminable et l’enchainement des horreurs vues et entendues

    • Chere Anne Marie je suis tres emue. Tous ces que vous ecrivez sont plein de la chaleur humaine que recois joie. On a pour l’ instant notre sante, c’ est notre tresor pour affronter la catastrophe de la Grece. Je sais qu’ en Frence les choses ne sont plus roses meme si on a le droit de voir la vie en rose. Je sais que les Francais sont sensibles et je suis soulagee.

  • on va simplement y arriver, mais souvent, les choses se mettent en place à part nous : la mort des parents - c’est bien ce qui attend toujours ce genre de personnages- aussi bien que les enfants d’ailleurs, mais moins vite - et ce qui constitue leur disparition : tout cela nous passe loin, tellement loin, et tout à coup, ils ne sont plus là, et de ce fait, nous devenons nous-mêmes ce qu’ils furent : à qui le tour ? (gai, parfois,le mec)

  • Quel bonheur que ces retrouvailles avec deux personnes qui se connaissent de peu mais que je connaissais séparément par ailleurs. J’aime quand la vie nous offre ces sortes de clins d’œil.
    Me restera toujours dans ces cas, la pointe de regret que l’Amie ne soit plus là. Nous aimions tant partager ça.

    La librairie est accueillante et vaste. C’est encore (un peu) possible. Je n’y viens plus, dans celle-ci ou bien d’autres, sans penser : et pour combien de temps ? Si je vis très vieille il me faudra sans doute apprendre à faire sans.

    Voir en ligne : traces et trajets