VOUS ÊTES DANS : le journal images
|carrés urbains|

|écrans mémoire|

|paysages monde|

|routes, métier|


0 | 7 | 14 | 21 | 28 | 35 | 42 | 49

précédent _ suivant
Si le texte de Georges Perec, inventaire des objets qui sont sur ma table de travail nous colle tant à la peau, des années durant, est-ce que ce n’est pas pour être le portrait le plus direct qu’on puisse faire chacun de ses peurs ? Je m’attache à ce « journal images », il me renforce dans un rapport au cadre, à la fragmentation, au récit mais surtout au temps qui rejaillit sur l’ensemble du travail, les textes, le terrain, tes vidéos. Pourtant, à retrouver la table et les livres, (...)

précédent _ suivant
C’était devenu une vraie scie, cette expression du sociologue Marc Augé. On en avait marre de toujours la faire reprendre. Michel Lussault, dans son livre Hyper-lieux, avait repris le chantier : d’où historiquement Auger l’avait tirée, pourquoi il l’avait déformée et en quoi conceptuellement il y a beau temps qu’elle était fausse. Des vides ou ces croisements laissés vacants de signes par l’expansion urbanistique, peu qui n’ont pas été rattrapés par la machine marchande. Mais ils (...)

précédent _ suivant Discussion avant-hier sur Facebook, à propos de ce journal : qu’en photographie, j’avais dû laisser entendre, le plaisir qu’on a à documenter nos petits timbre-postes de réel traversé suffit à légitimer l’appareil, l’archive, le geste. Ce n’est pas ce qu’on photographie qui ait besoin ou qui légitime qu’on le fasse. On réinvente rétrospectivement cette archive du monde photographié : ainsi quand la National Library avait mis en ligne plus de 25 000 images du New York des années 20-30. (...)

précédent _ suivant
Exercices de photographie, suite. Mais si je compte bien, des fêtes foraines aux heures creuses il y a quand même une belle poignée sur le site (comme du temps où je les faisais au carré, ou l’incontournable Coney Island, ou sans pouvoir plus démêler ce qui est photo et ce qui est vidéo. On arriverait donc, pour ce qui sépare la photo de la vidéo, à une seule définition : que le temps d’attention prescrit est la porte de la fiction ? Si j’avais décidé de faire les mêmes plans en vidéo, (...)

précédent _ suivant Découvrant hier cette problématique d’une épaisseur de l’image, je relis en détail cette belle étude de Tristan Garcia, pour un colloque à Rennes en 2012, et dont le titre est précisément quelle est l’épaisseur de l’image. Cette étude est formidable d’aperçus, notamment en repartant de la Philosophie de la photographie d’Henri Van Lier (et comme d’habitude, livre indisponible, vieille chanson). Mais surtout parce qu’en permanence référence au livre, là où moi-même je croisais ancienne (...)

précédent _ suivant « Je m’intéresse à l’épaisseur de l’image », me dit un ami, Nicolas Vermeulin — voir son ZetMaG, langages/espaces, et ça me plonge tout d’un coup dans un abîme : — Hey, mec, t’avais jamais réfléchi à ça ?
Alors vas-y, coup de Google sur épaisseur de l’image et surgit tout frais très belle approche théorique de Tristan Garcia en 2012, moi qui ne le connaissais qu’en tant qu’écrivain (l’auteur de « 7 », vous savez...) : quelle est l’épaisseur d’une image ?, il faut donc que ce soit un (...)

précédent _ suivant
Fièrement construit à Saint-Nazaire, ces ZUP géantes à trimbaler des bedaines molles et les faire cracher au bassinet tant qu’ils peuvent. Récemment un de ceux-là en abordant à Venise ne savait même plus comment s’arrêter. C’est rare d’en voir un de près, pleine face : eh bien c’est encore pire de près que de loin. Celui-ci voilà ses caractéristiques, mais surtout voilà les prix, à partir de 3425€ par tête de pipe pour une semaine (vaut mieux être célibataire). Ça fonctionne au pétrole non (...)